Congo-Brazzaville : L’Ecole africaine des initiations spirituelles, une loge spécifiquement africaine

Congo-Brazzaville : L’Ecole africaine des initiations spirituelles, une loge spécifiquement africaine

22 février 2020 3 Par Grandjournalcd.net

C’est la loge créée par maître Futur Sacré Cœur Waka, maître en sciences ésotériques et combattant du Temple du Dragon Noir, au Congo Brazzaville. Très connu dans le monde initiatique, ce dernier voudrait mettre fin aux sacrifices basés sur le sang humain.

Ainsi, il pense que la
nature a tout donné à l’homme et cette mauvaise pratique peut être contournée.

« J’ai reçu mandat de créer une loge le 11 février 2009. L’école africaine des initiations spirituelles, une loge trigomique. Ma loge est d’obédience catholique.
Après la guerre du 5 juin, je m’étais rapproché du grand maître Basmas, un professeur de sciences occultes, à Ewo et qui m’avait donné la clef. Il me faut prendre l’inscription à la loge Angelus. C’est ainsi que je vais donc soutenir une thèse de Doctorat pour être docteur en sciences occultes, en 2004 », a indiqué Maître Futur Sacré Cœur Waka.

Cette thèse dont le thème a été « Les rapports entre la magie noire et la magie blanche» a été présentée et défendue à la maison centrale à Vatican. Elle
portait sur une étude scientifique. Le Nzobi protège, guérit et détruit les méchants. Des missions reconnues à la l’église et la magie.
En fait, toutes les philosophies qui existent sur terre travaillent pour le bien-être de l’humanité. Mais pourquoi sont-elles en opposition ? Au sortir de cette thèse, il est devenu grand maître dans le monde ésotérique. Ce qui fait de lui le premier
congolais à créer une loge typiquement africaine.

« Toutes les loges que nous avons ici sont des loges importées : Franc-
maçonnerie, Rose Croix, Eckancar, Ayam, Maïkari, FBU, Lions Club, Rotary
Club. Toutes ces loges ne reconnaissent pas la valeur de nos coutumes. C’est pourquoi j’ai créé ce concept de trigomie, qui est une science qui nous permet de gérer les trois esprits en conciliabule : esprits ésotériques, religieux et traditionnels », fait-il constater.

Initié à l’église catholique

Maître Waka a appris la magie à l’église catholique. Sa vie est une vie un peu bizarre et remplie d’énigme. Il a opéré son premier miracle à l’âge de 5 mois. Cela se passe au village, Kellé dans le département de la Cuvette Ouest.

« Ma mère m’emmène aux champs. Elle m’a déposé sur un pagne qu’elle avait étalé. Elle me laisse dessus et s’est mise à travailler. Plongée dans les travaux champêtres, elle avait oublié qu’elle avait l’enfant. Quand elle se rend compte, il y avait déjà deux heures de temps dépassé. A son retour, elle constate que
l’enfant n’était plus là. Elle court au village, à Kellé pour annoncer alors la nouvelle. Les gens sont sortis qui armé de fusils, qui armé de sagaie à la recherche d’un enfant disparu. Ils me trouvent curieusement dans le même endroit mais entouré de chimpanzés. Ils vont se disperser à leur arrivée. Ainsi, je suis récupéré par les habitants du village. J’ai connu beaucoup de fait
similaires jusqu’au moins à l’âge de deux (2) ans où j’ai effleuré deux fois la mort », a-t-il expliqué.

L’autre miracle c’est la mort qu’il connaîtra un jour. A cette époque, on allait l’enterrer le lendemain mais, à la surprise de tous, il est ressuscité. Un jour alors
qu’il suivait sa mère à la source, Waka va disparaître pendant une semaine à kellé. Il est ramassé par des prêtres dans leur cimetière. Ils vont le prendre, l’adopter et lui donner le nom qu’il porte aujourd’hui. Parce que de son vrai nom
Waka Ghislain Sabas.
« Ils sont allés à l’Etat civil pour aller modifier mes noms, autour des années 1975. C’est comme ça que les prêtres vont m’adopter jusqu’à l’âge de six ans.
C’est à cet âge que je reconnaîtrai mes parents. », a déclaré Maître. En 1989, il ira au séminaire de Makoua dans la Cuvette après un refus catégorique de son papa de voir son fils aller en France pour devenir prêtre.

Renvoyé alors du séminaire, les prêtres ne vont pas le perdre de vue car ils voyaient en lui un enfant très différent des autres. Il avait un don de vision terrible qu’ils pensaient utiliser à leur manière. Mais en vain.
Il s’agit des prêtres catholiques, pères Martin et Destombe, des rosicruciens avec
qui il fera ses premiers pas dans l’initiation. Le second relevant de la loge le Tchane, va continuer à l’encadrer. Il adhèrera plus tard à la I’am et à la Fraternité blanche universelle (F.B.U) en 1992.

Il a créé sa loge pour améliorer la magie et bannir les sacrifices basés sur le sang et enseigner les gens sur la véritable éthique de la spiritualité, celui de rapprocher l’homme de son architecte et, en fin de compte, le rapprocher de ses ancêtre, liaison que l’homme noir a perdu depuis les temps immémoriaux.

« On ne peut pas faire la magie et devenir un grand maître sans pourtant avoir des besoins sur ses coutumes et traditions. C’est faux. Plusieurs nécessiteux ont besoin de nos services Parce qu’ils n’ont pas les connaissances de la matière.
Or la matière c’est la tradition », a déclaré maître Waka.
En créant l’Ecole africaine des initiations spirituelles, il veut amener la magie au
sens ordinaire de la vie afin que tout le monde se rapproche d’elle ; elle est l’essence même de la vie. Ce n’est pas une association des malfaiteurs,non plus
une association des mécréants, des méchants mais plutôt un rassemblement des
gens qui se battent pour le bien-être de la société.

« Nous sommes ici pour ne pas faire du mal aux gens. Ça fait 20 ans que je suis dans la magie », a-t-il souligné.
Améliorer la médecine traditionnelle.

Aujourd’hui le combat que mène maître Waka, c’est d’améliorer la médecine traditionnelle avec l’apport de la science. Il a lancé un S.O.S pour que « nous
travaillons ensemble avec les pharmaciens, les biologistes, les chimistes afin que nous puissions créer des molécules capables d’aider l’humanité ». Il regrette que l’Etat n’apporte pas l’assistance aux tradi-praticiens. Au lieu
d’attendre toujours les molécules venant de l’Europe, ils peuvent mieux faire en travaillant en collaboration avec le ministère de la recherche scientifique. C’est
alors que sa structure a signé un partenariat avec la Sometra du Gabon pour
poursuivre l’œuvre amorcée par Lucie Edith Bongo Ondimba en créant la maison Biocare.

Le but était de rassembler les sachants traditionnels afin que
chacun d afin que chacun deux apporta sa connaissance aux scientifiques afin de
créer nos propres molécules.

Depuis des années, il reçoit des malades de toute nature dans sa parcelle situées à Itatolo, avenue Maître Waka, à l’arrêt Océan du nord, dans le 9è arrondissement Djiri, Brazzaville.

« J’étais très malade. J’ai souffert de maux de tête, de la tension. Grâce à
maître Waka, je suis totalement guéri. Ça fait des années que je ne souffre plus de la tension. Je suis allé me faire traiter chez un docteur mais rien n’allait », a témoigné Olivier Ndinga.

« J’ai amené ma mère ici dans un état presque mourant. Je suis moi-même major à l’hôpital militaire et officier des Forces armées congolaise. A l’hôpital nous avons tout fait. Rien n’a marché. Nous sommes arrivée alors ici, maître Waka nous a dit ce qu’il fallait acheter pour le traitement, et aujourd’hui maman se porte mieux », a témoigné la fille de Tiki Madelaine.

Maître Futur Sacré Cœur Waka, est maître en sciences ésotériques, combattant du Temple du Dragon Noir. Il est également maître en yoga et ceinture noire
deuxième dan au Kung-fu. Aussi, a-t-il une licence en psychologie, une double maîtrise en ressources humaine et en droit public. Il est actuellement doctorant
en droit public option collectivités locales.
Il est fils d’un paysan, un grand notable de Kellé dans le département de la Cuvette ouest, Essambi Nicolas qui avait même amené le Nzobi du Gabon pour
le Congo Brazzaville et de Mboli Marie Edith. Il est initié au Nzobi dès le bas âge. Maître Waka est l’héritier principal de son père et venait d’être investi au Bokani en remplacement de son père, aujourd’hui décédé.

Notons que Maître Futur Sacré Cœur Waka a été récemment décoré par le Réseau des journalistes et communicateurs congolais pour la promotion et l’émulation du citoyen que dirige Sametone Ondende. Il lui a décerné le diplôme
de Triomphe d’honneur et de mérite.

Achille Tchikabaka, Correspondant GRANDJOURNALCD.NET à Brazzaville