Afrique/Ethiopie : déterminés à renverser le gouvernement fédéral, les rebelles du Tigré s’emparent de Kemessie, ville située à 325Km d’Addis-Abeba

Afrique/Ethiopie : déterminés à renverser le gouvernement fédéral, les rebelles du Tigré s’emparent de Kemessie, ville située à 325Km d’Addis-Abeba

5 novembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Une année après le début du conflit entre le gouvernement fédéral Éthiopien et la région autonome du Tigré, l’escalade militaire prend une tournure de plus en plus inquiétante au regard de l’évolution des combats qui opposent les forces armées éthiopiennes aux rebelles du Front de la Libération du peuple du Tigré (TPLF).

En effet, après la prise de Mekele, Afar, Dessie et Kombolcha, villes stratégiques des régions du Tigré et de l’Amhare situées à 400 kilomètres au nord d’Addis-Abeba, les rebelles du TPLF ont conquis le mercredi 3 novembre la ville de Kemissie située à 325Km toujours au nord de la capitale. Au regard de l’évolution des rebelles qui ont pris la direction d’Addis-Abeba, le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, a décrété le mardi 2 novembre dernier l’état d’urgence à travers le territoire national, mesure approuvée ce jeudi par le parlement.

Dans leur avancé, les rebelles du TPLF ont été rejoints notamment par les combattants de l’armée de libération oromo, un groupe armée de l’ethnie oromo avec lequel les trigréens ont fait alliance pour renverser le gouvernement fédéral.
Tout en dénonçant une propagande étrangère qualifiée de ‹‹favorable aux rebelles››, le premier ministre éthiopien a appelé les habitants d’Addis-Abeba à s’organiser pour défendre leur ville.

Débuté le 4 novembre 2020, le conflit au Tigré qui visait, pour l’armée fédérale, à destituer les autorités régionales dissidentes issues du TPLF, connaît un spectaculaire revirement ces derniers mois. Le premier ministre et prix Nobel de la paix 2019, Abiy Ahmed, avait proclamé la victoire le 28 novembre 2020. Mais en juin dernier, les combattants du TPLF ont repris l’essentiel de leur région, puis ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l’Afar et de l’Amhara. À ce jour, plusieurs médias indiquent que la chute de la capitale éthiopienne n’est qu’une question de jour.

David M.