International/USA:Mort de George Floyd, l’étranglement est une pratique policière controversée aux Etats-Unis

International/USA:Mort de George Floyd, l’étranglement est une pratique policière controversée aux Etats-Unis

7 juin 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Selon NBC News, cette technique d’immobilisation courante à Minneapolis a provoqué l’évanouissement de 44 personnes dans cette ville depuis 2015. Une méthode désuète et au danger potentiellement mortel, d’après des experts et des policiers américains.

Un genou fermement appuyé sur le cou d’un homme à terre implorant et au bord de l’asphyxie. Les images de George Floyd, maintenu dans cette position par Derek Chauvin pendant 8 minutes et 46 secondes, ont choqué dans le monde entier. Cet usage de la force, utilisé par l’ex-policier de Minneapolis et fatal à l’Afro-Américain de 46 ans, interroge sur les techniques d’immobilisation au niveau du cou (neck restraints) par les forces de l’ordre aux Etats-Unis. Et les révélations de NBC News, lundi, laissent à penser que cette question se pose avec plus d’autant plus d’acuité dans cette ville du Minnesota.

Selon le groupe de médias américains, les policiers de Minneapolis ont, depuis 2015, provoqué la perte de connaissance de personnes (en majorité des hommes de moins de 40 ans) à 44 reprises en recourant aux techniques d’immobilisation au niveau du cou. Un nombre d’évanouissements anormalement élevé, d’après des experts consultés par NBC News.

La majorité de ces situations seraient survenues alors qu’un suspect prenait la fuite à pied ou qu’il se débattait pendant sa garde à vue. Trois personnes sur 5 ayant perdu connaissance étaient des Noirs. NBC News avance également que la moitié des personnes évanouies ont été blessées, sans pouvoir préciser la gravité de ces blessures.

Voilà pour les chiffres. Quid de la légalité de ces « étranglements » et de leur pratique ? Aux Etats-Unis, la police parle de « neck restraints » quand un agent utilise un bras ou une jambe pour comprimer le cou d’une personne, sans exercer de pression directe sur les voies respiratoires. Mais NBC News rappelle que dans la grande majorité des services de police, la variété de cette technique d’immobilisation est très restreinte, quand elle n’est pas simplement interdite.

Une « technique particulière » non autorisée

Derek Chauvin, lui, a choisi de contrôler George Floyd au sol en exerçant une pression avec son genou contre sa nuque. Interrogés par NBC News, une douzaine d’officiers de police et de spécialistes des forces de l’ordre l’affirment sans ambiguïté : la « technique particulière » employée par Derek Chauvin n’est ni enseignée ni validée par les agences de police. Un responsable de la ville de Minneapolis confirme qu’un tel geste est interdit dans les rangs de la police locale. L’ex-agent impliqué dans la mort de George Floyd aurait donc employé une pratique non autorisée. Ou bien « personnalisé » (le genou) et détourné une technique particulière » employée par Derek Chauvin n’est ni enseignée ni validée par les agences de police. Un responsable de la ville de Minneapolis confirme qu’un tel geste est interdit dans les rangs de la police locale. L’ex-agent impliqué dans la mort de George Floyd aurait donc employé une pratique non autorisée. Ou bien « personnalisé » (le genou) et détourné une technique apparemment légale.

L’affaire étant en pleine instruction, la communauté afro-américaine et le reste du monde reste scotché sur la suite de ce dossier.

Wait and see

A.RhamzY