RDC : « La lutte contre la corruption s’avère l’une des solutions idoines pour un assainissement du climat des affaires » (Coordonnateur APLC)

RDC : « La lutte contre la corruption s’avère l’une des solutions idoines pour un assainissement du climat des affaires » (Coordonnateur APLC)

17 octobre 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Créée depuis le 17 Mars 2020 par ordonnance présidentielle du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi, n°20/013 bis du 17 Mars 2020, l’Agence de Prévention et de Lutte contre la Corruption (APLC) réitère son engagement d’être autorité
nationale de référence en matière de lutte contre la corruption en RD Congo, conformément aux tâches lui attribuées.

Ce vœu a été présenté ce samedi 17 Octobre 2020, par son Coordonnateur, Me Ghislain Kikangala lors de l’ouverture du séminaire de renforcement des capacités des parlementaires du réseau des
parlementaires africains contre la corruption au palais du peuple de Kinshasa.

D’après lui, l’agence demeure inébranlable dans sa mission de lutte contre la corruption
et des faits assimilés, cheval de bataille qui permettra de crédibiliser les
institutions issues des réformes précitées.

Le Coordonnateur de l’APLC indique que la lutte contre la corruption s’avère l’une des solutions
idoines pour un assainissement du climat des affaires en RDC

« La lutte contre la corruption s’avère être à ce jour l’une des solutions
idoines pour un assainissement du climat des affaires en RDC » a-t-il lâché devant la foule.

Autant le mal est profond et les objectifs à atteindre sont grands, l’APLC manifeste sa
détermination et son engagement à lutter contre le fléau de la corruption
demeurent indéfectibles.

C’est ainsi qu’ayant constaté une recrudescence, voire une exagération dans certaines
procédures de contrôles opérés par différents services faisant suite aux
soupçons ou informations relatives à la corruption ayant débouché sur des
interpellations et/ou arrestations spectaculaires dans certains cas, sans
résultats concrets, l’APLC en sa qualité d’autorité nationale de référence en
matière de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux, la criminalité
organisée et les infractions y assimilées, s’interroge aujourd’hui sur leur
pertinence et leur motivation réelle.

Des plaintes à ce sujet lui sont parvenues, selon lesquelles soit certaines de
ces opérations cacheraient des faits de tentatives d’extorsion, soit qu’elles ne
seraient pas le fruit d’un examen suffisamment minutieux.

L’APLC dit disposer dans ses prérogatives, du pouvoir
d’examiner la matérialité de ces allégations.

Parmi les attributions, l’APLC coordonne tous les services et organismes publics en charge de la lutte contre la
corruption, le blanchiment des capitaux, la criminalité organisée et les infractions y
assimilées.

Ivan Honoré Mudiangombe