RDC/Interdiction de diffuser la chanson « Nini to sali te » : Rose MUTOMBO, ministre d’État à la justice censure à son tour la commission de censure

RDC/Interdiction de diffuser la chanson « Nini to sali te » : Rose MUTOMBO, ministre d’État à la justice censure à son tour la commission de censure

11 novembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Visiblement sous pression, le gouvernement central a, par le biais de la ministre de la justice, instruit la commission nationale de censure des chansons et des spectacles à lever la décision interdisant la diffusion de la chanson  »Nini to sali te » du groupe MPR (Musique Populaire pour la Révolution) composé par les artistes Zozo et Yuma.

Dans une correspondance adressée au Président de la commission nationale de censure des chansons et des spectacles, Rose Mutombo Kiese rappelle d’emblée que l’examen des dossiers ayant concouru à la mise en place de cette interdiction n’a pas suivi la procédure normale. Pour la patronne de la justice, la décision de la commission de censure est ‹‹illégale›› dans le sens qu’elle a été prise en l’absence d’autres membres de la commission comme exigé par le décret n°003 du 21 février 1996 portant création d’une commission nationale de censure des chansons et des spectacles en son article 9 se rapportant à la composition de cette commission.

‹‹Par conséquent, je vous instruit, toutes affaires cessantes, de rapporter la décision n°JUST&GS/CNCCS/CAB.PRES/BMM/DKS/027 et me fournir des explications quant à la procédure par vous suivie pour prendre pareille décision››, écrit Rose Mutombo Kiese, ministre nationale de la justice et garde des sceaux.

Pour rappel, juste après ses premières diffusions sur internet, la chanson  »Nini to sali » du groupe MPR a fait les buzz et continue à faire parler d’elle sur les réseaux sociaux Congolais.
Chantée en lingala, cette chanson résume en quelques minutes la situation difficile que traverse la population congolaise qui, malgré le temps qui passe, le régime qui change, peine à voir du changement dans sa vie quotidienne.

David M