RDC : Une commission Congolo-Angolaise mise sur pied pour statuer sur la pollution des rivières Tshikapa et Kasaï [ Ève Bazaiba ]

RDC : Une commission Congolo-Angolaise mise sur pied pour statuer sur la pollution des rivières Tshikapa et Kasaï [ Ève Bazaiba ]

3 septembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

La ministre chargée de l’environnement et développement durable, Eve Bazaïba a annoncé la mise en place d’une commission mixte Congolaise et Angolaise en vue d’évaluer les dégâts causés par la pollution des rivières Tshikapa et Kasaï.

Elle l’a annoncée Jeudi 02 Septembre lors d’une conférence de presse animée conjointement avec le ministre de la communication et médias, porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya.

« La partie angolaise nous avait demandé d’attendre qu’elle envoie ses experts sur le lieu et que nous en échange, nous allons leur envoyer les termes de référence de la mission, de notre côté, les démarches ont été effectuées. Jusque-là ce n’est pas encore le problème, le fait que le gouvernement angolais ait reconnu ce qui s’est passé et que Catoca Mining ait reconnu pour nous c’est bon », a affirmé Ève Bazaiba.

D’après la ministre Bazaiba Masudi, cette pollution remarquée depuis le 31 Juillet dernier, a causé 12 cas de décès, 4 territoires du Kasaï sensiblement touchés, 13 sur 18 zones de santé infectées, et 69 aires de santé ont été frappées.

« Quand on a toute la situation globale c’est alors que nous allons devoir l’annoncer. On aura les chiffres. Il y a toute une procédure de réparation par rapport au principe pollueur-payeur, nous allons suivre cette procédure là. La difficulté a toujours été la non reconnaissance des faits mais comme les faits sont reconnus, c’est déjà un grand pas vers la réparation, les faits sont là, les cas sont là sous la main. Le processus continue pour évaluer globalement, je ne peux pas procéder à la précipitation parce que j’ai enregistré 12 cas des morts, je dois avoir toutes les vues par rapport à la situation » a renchérit la ministre de l’environnement.

Cédant la place à la décoloration de l’eau, cette situation a également affecté environ 980.000 habitants. 4502 cas de diarrhée et maladies cutanées enregistrés, plus de 160 000 ménages concernés.

Au delà des mesures prises pour renforcer la Regideso, Ève Bazaiba annonce qu’ environ 40 tonnes de médicaments ont été emmenés aux populations touchées.

Notons que, le 3 août dernier, le ministre provincial de l’environnement avait interdit toute consommation de cette eau. 

OML