RDC/Kananga : détournement des biens meubles et immeubles, Maurice Kama Alama sacrifie le Kasaï central avant son départ vers Mbujimayi en classant le dossier sans suite

RDC/Kananga : détournement des biens meubles et immeubles, Maurice Kama Alama sacrifie le Kasaï central avant son départ vers Mbujimayi en classant le dossier sans suite

21 juillet 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Le régime des intouchables est loin d’être stoppé malgré l’État de droit prôné par l’actuel président de la République, Félix Tshisekedi au regard des résultats judiciaires surprenants réservés par le parquet général près la cour d’appel du Kasaï central dans certains dossiers pertinents, sensibles et d’intérêt commun.

La justice du Kasaï central est sans doute un monstre placé pour mettre chaos la vraie et équitable justice, vœu du peuple pour une meilleure gouvernance, socle du développement de la province, même si les acteurs politiques ont quant à eux échoué face à leur responsabilité, mais la justice qui pouvait en être un vrai secours, fait de la piètre figuration.

La province du Kasaï central, depuis Kasaï occidental a connu un goulot d’étranglement, des détournements des biens publics dont les auteurs ont été bel et bien identifiés et mis à la disposition de la justice qui à son niveau à déçu les consciences de tout le monde car ces inciviques circulent en hommes libres sans être inquiétés par la justice.

Début de la nouvelle législature provinciale en 2019, a vu l’Assemblée Provinciale initier un acte salutaire en mettant en place une commission censée enquêter sur les biens meubles et immeubles, spoliés et détournés par les dignes fils du Kasaï central, ayant autre fois occupés des postes de responsabilités dans la province (Gouvernorat, assemblée Provinciale, Mairie, Territoriale, et autres).

Un travail de titan qui a été réalisé par les élus provinciaux avait un rapport de la commission d’enquête du 11 mars 2019 portant sur les biens meubles et immeubles de la province être transféré au parquet général près la cour d’appel du Kasaï central par le gouverneur Martin Kabuya afin des procéder aux poursuites judiciaires contre les incriminés .

Une année après, inscrit sous RMP.0607/PG.067/2019/MKM, le dossier de détournement des biens meubles et immeubles de la province a été classé sans suite pour faits non établis, a annoncé Maurice Kama Alama Amana PG du parquet général près la cour d’appel du Kasaï central.

Dans une lettre adressée à une structure de la société civile, la SCED, l’homme écrit « Donnant suite à votre lettre n°ref 0518/DG 2020 du 14 juillet 2020 m’adressée concernant l’objet repris en marge, j’ai l’honneur de vous informer que le dossier sous RMP 0607/PG.067/2019/MKM ouvert à mon office à ce sujet a été classé sans suite pour faits non établi depuis le 20 juillet 2020.

Quelle surprise et mauvaise nouvelle une année après, d’une si ridicule réponse réservée à un travail gigantesque et de titan réalisé par les élus provinciaux pour l’intérêt commun.

Pourquoi a-t-il attendu sa nouvelle nomination par mutation à Mbujimayi comme PG du parquet général près la cour d’appel du Kasaï occidental pour déclarer dossier sans suite, et quel agenda caché a-t-il dans ses intentions ?

Il est vraisemblablement clair que Maurice Kama Alama a trahi tout un peuple du Kasaï central qui attendait beaucoup de lui dans ce dossier, mais par conséquent il laisse ces détourneurs s’accaparer des biens publics de la province sans être inquiétés et pourtant tous les détails lui ont été fournis dans ce rapport de la commission, et aussi Pasteur de son état devrait prêcher par l’exemple en condamnant ce que stipule la Bible et la parole qu’il prêche régulièrement ses chrétiens. Il a juste encourager la continuité de l’impunité.

Peut-on dire que toute une année que ce dossier traine à son office, le PG Kama en a fait un sourd d’oreilles et en a mis dans les oubliettes en laissant planer les incertitudes judiciaires dans le chef du Centre Kasaïen?

Pouvons-nous donner raison à ceux qui ont dit qu’il se serait appuyer sur ces intérêts égoïstes en surséant ce dossier vu que son jeune frère Paul Abba Mande, aurait été cité parmi les détourneurs dans ce rapport ?

Peut-on considérer les allégations selon lesquelles Maurice Kama Alama Amana a caporalisé la justice au Kasaï central à son règne, en privilégiant des arrangements à l’amiable entre amis et de la lenteur dans le traitement des dossiers sensibles sans rendre des vrais jugements, et dont d’autres dossiers restent en cours avec son départ sous d’autres cieux.

Tout reste à croire aujourd’hui que la réalité est là, et que Maurice Kama a pris la justice sous son règne en otage et privatiser ; et que son départ une satisfaction pour la majorité de la population, notamment des activistes pro-changement.

Ivan Honoré Mudiangombe