RDC : Jean-Pierre Lisanga Bonganga accuse Félix Tshisekedi de main mise sur la désignation des animateurs de la CENI

RDC : Jean-Pierre Lisanga Bonganga accuse Félix Tshisekedi de main mise sur la désignation des animateurs de la CENI

2 septembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Jean-Pierre Lisanga Bonganga, coordonnateur de la Dynamique pour une Sortie de Crise (DYSOC) a lors d’une déclaration politique tenue ce Jeudi 02 Septembre commenté la situation politique actuelle du pays, marquée
notamment par la désignation des candidats membres de la CENI, avant l’entérinement des listes en plénière de l’Assemblée Nationale.

Lors de sa communication, Jean-Pierre Lisanga Bonganga accuse le président de la République, Félix Tshisekedi et le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mbosso de bloquer la poursuite des travaux de celui qui sera le prochain remplaçant de Corneille Nangaa.

« Les blocages constatés dans la mise en place de la CENI sont entretenus par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi et le président de l’Assemblée Nationale, Christophe Mbosso, qui veulent imposer notamment Monsieur Denis Kadima à la tête de la CENI. Pour ce faire, après avoir nommé illégalement les juges de la Cour Constitutionnelle, le président Félix Tshisekedi s’appuie maintenant sur les confessions religieuses de son obédience, aux fins de contrôler tout le processus électoral. Le tripatouillage conjecturé des résultats provisoires et définitifs n’est donc plus à démontrer » a-t-il dit.

Accusant Mbosso N’kodia de défier le peuple Congolais en voulant organiser à tout prix, une plénière pour entériner le rapport de la commission mixte paritaire, Jean-Pierre Lisanga Bonganga informe qu’aucun rapport n’existe à ce jour.

« Cette commission qui n’est paritaire que de nom, regroupant en réalité, uniquement les députés de l’Union sacrée, a d’ailleurs du mal à dégager un consensus en son sein, (…), l’opinion doit savoir, qu’à l’heure actuelle, il n’existe aucun procès verbal régulièrement adopté et signé par tous les membres de la plateforme confessions religieuses, conformément à l’article 18 de leur charte » renchérit Lisanga Bonganga.


Par ailleurs, la Dysoc réitère sa participation à la marche dite pacifique qu’ organisera le 15 septembre prochain la coalition Lamuka, pour dire non à une CENI politisée.

Patrice NTANGA