RDC/Luluaba : Le camp de Richard Muyej brise le silence et apporte de la lumière sur le présumé détournement des fonds affirmé par l’IGF

RDC/Luluaba : Le camp de Richard Muyej brise le silence et apporte de la lumière sur le présumé détournement des fonds affirmé par l’IGF

10 août 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Le Collectif des Avocats du Gouverneur du Luluaba Richard MUYEJ se dit surpris de suivre sur les réseaux sociaux une partie de l’émission qu’aurait fait l’Inspecteur Chef de Service de l’IGF avec trois journalistes, au cours de laquelle l’Inspecteur Général aborde la question relative à la gestion calamiteuse des provinces ; tout en indiquant particulièrement qu’au Lualaba, Ie détournement serait de l’ordre de 200.000.000$.

« Il est surprenant qu’après une séance contradictoire tenue à Kinshasa sans qu’aucun rapport final ne soit communiqué à notre client en sa qualité de Gouverneur de la Province, que l’on suive une telle affirmation lors d’une émission. Cela dérange et énerve le principe de présomption d’innocence qui commande que toute personne soit considérée et traitée comme étant innocente quels que soient les soupçons ou les charges qui pèsent sur elle et jusqu’au moment où un jugement irrévocable rendu en bonne et d ue forme retienne sa culpabilité. » lit-on dans la mise au point du conseil du gouverneur MUYEJ.

Le Collectif des Avocats porte à la connaissance de l’opinion que Le Gouverneur MUYEJ a confiance dans les institutions de la République y compris le travail accompli par l’IGF et qu’il croit aux valeurs de redevabilité et de bonne gouvernance.

Ainsi, il fait des observations suivantes à propos de ce montant précité :

  1. L’Ordre de mission No 110/PR/IGF/IG-CS/JAK/NMM/2020 indique la période de contrôle, qui va de l’ins tallation de l’actuel Gauvernement provincial soit de Juilet 2019 à décembre 2020;

•Les recettes mensuelles de la Province du Lualaba furent d’environ 5.000.000S avant la révision du Code minier promulgué le 9 mars 2018.

•La redevance minière a augmenté avec la révision du code minier boostant ainsi les recettes mensuelles à environ 10.000.000S C’est avec ces sommes (5.000.000S et 10.000.000S) que certains travaux étaient effectués ainsi que la paie des agents et prestataires, sans oublier les frais de fonctionnement et les fonds secrets de recherche.

• L’évolution des recettes mensuelles de la Province comptabilisées sur la periode auditée donne un montant inférieur au montant cité par le Chef de Service de l’IGF,

• Même si ces montants mensuels n’étaient pas affectés aux travaux, salaires et au fonctionnement, il est difficile d’atteindre un niveau de détoumement de 200.00.000$, car largement superieur aux recettes réalisées, Alors qu’en réalité, les agents n’accusent aucun mois de retard, les grands travaux ont été effectués, les frais de fonctionnement et les fonds secrets de recherche ont été payés et une partie des prestataires a été également payée et/ou programmée pour l’être.

De ce qui précède, sans mettre en cause la mission de l’IGF, le Collectif d’Avocats pense qu’il y a à redire dans cette sortie médiatique et s’interroge sur l’objectivité d’une telle démarche et sa motivation.

Le Collectif d’Avocats est conscient qu’au regard de la gravité des allégations faites, le Gouverneur Richard MUYEJ se sentirait contraint de sortir de sa réserve pour se défendre.

Rédaction