RDC/EPST : Le duo Bakonga-Budimbu, l’exemple de ce que demande le peuple à la coalition CACH-FCC

RDC/EPST : Le duo Bakonga-Budimbu, l’exemple de ce que demande le peuple à la coalition CACH-FCC

3 août 2020 1 Par Grandjournalcd.net

A travers les multiples bras de fer, polémiques, attaques et pics entre différents acteurs sociopolitiques faisant partie du CACH de Félix Tshisekedi ou du FCC de Joseph Kabila, deux personnes sortent du lot. A eux deux, ils constituent l’exemple de la posture que devrait avoir chaque ministre ou mandataire public au service de l’État,en dehors de leurs activités partisanes.

Willy Bakonga, un cadre du front commun pour le Congo est connu pour son fervent kabilisme et son tempérament à l’Emmanuel Shadary. Une fois ministre, l’homme a mouillé son maillot , remué ciel et terre, parlé le même langage avec son vice-ministre Didier Budimbu pour rebooster ce secteur de l’éducation surtout en cette période de crise sanitaire.

Le duo Willy Bakonga qui , à l’origine est issu, lun d’un camp opposé à celui du Cach d’où est venu l’autre, son vice-ministre, Didier Budimbu a vite développé des automatisme pour ne pas perdre du temps dans des polémiques de mérite. Pas étonnant qu’ils aient piloté avec brio le programme phare du chef de l’État, Félix Tshisekedi qui , le sait-on, tient beaucoup à la gratuité de l’enseignement, un argument de taille pour les élections à venir.

Au delà de ce programme, il faut reconnaître à ce duo Bakonga-Budimbu son sens de l’initiative et sa volonté à servir et non se servir. Pendant cette période de crise où plusieurs ministres avait même oublié le chemin de leur bureau, Willy Bakonga et son vice-ministre non pas cessé de multiplier des stratagèmes,quitte à occuper les élèves d’une part et étudier des pistes de réflexion pour reprendre le plus vite possible le chemin de l’école sans risquer la santé de nos enfants,de l’autre.

Son souci, la pérennisation de la réforme phare du quinquennat du chef de l’État à travers ce programme de la gratuité de l’enseignement qui a ramené sur le chemin de l’école plus de 4 millions des enfants issus des familles démunies.

Pas étonnant que face à une telle abnégation et un savoir-faire éprouvé, le chef de l’État manifeste son approbation jusqu’à fixer lui-même la date de la reprise des cours pour les élèves finalistes. Une marque de confiance entre le chef et ces membres du gouvernement qui a visiblement mis la puce à l’oreille des mauvais yeux qui , apprend-on, concoctent des campagnes de diabolisation, question de sacrifier Willy Bakonga dont les prouesses techniques acquises de par sa longue profession d’enseignants et promoteur d’écoles ont produit des fruits.

Ces détracteurs, comme on l’apprend remonteraient jusqu’à la présidence où deux des conseillers à la présidence ont initié les projets des manifestations publiques contre Willy Bakonga.

Selon un syndicaliste du SYNECAT qui a pris part à cette réunion occulte et qui nous donne cette information sous couvert d’anonymat, cette serie manifestation a été concoctée nuitamment à la cité de l’UA par ces deux conseillers question de créer une énième crise au sein de la coalition qui aboutirait à des négociations au cours desquelles le Cap pour le Changement réclamera ce ministère de l’EPST brillamment chapeauté à ce jour par Willy Bakonga, ministre issu de la plateforme politique Front Commun pour le Congo.

On comprend dès lors d’où sortent les propos diffamatoires mis sur la place publique en rapport avec des supposés enseignants fictifs listés par le ministre d’État. Quand on sait que la charge du recrutement et de listage des enseignants incombe aux différentes directions des écoles et non au ministère.

Entre temps les réalisations non-exhaustives de ce duo parlent plus fort que ses détracteurs. En moins de deux ans depuis sa nomination,le duo Bakonga-Budimbu compte à son actif la prise en charge des millions des enfants ramenés à l’école, l’effectivité de la gratuité de l’enseignement, l’école télévisée,132 000 nouvelles unités des enseignants pris en charge par le gouvernement, interrompue momentanément de suite de l’apparition inopinée de cette pandémie de la Covid-19…

La Rédaction