« Je me suis fait l’impérieuse et naturelle obligation de défendre le Président face aux provocations des officiels ou des partenaires au mépris des principes de respect mutuel », prévient le haut-representant du chef de l’État.

Le vieux estime que c’est un « droit de réciprocité et non de rupture. Je reste disponible pour fournir les efforts afin de réunir les épars » nuance-t-il.

Rappelons que les ministres issus du camp politique de Félix Tshisekedi ont , ce jour, dénoncé le communiqué du premier ministre lu par son porte-parole. Selon Gilbert Kankonde, porte-parole de circonstance, le contenu de ce communiqué ne lez engage ni ne reflète le caractère informationnel de la réunion convoquée d’urgence par Sylvestre Ilunga Ilunkamba de suite de l’arrestation d’un membre du gouvernement.

Moïse Dix