RDC: Parti pour remplacer Corneille Nangaa, Ronsard Malonda ne fait déjà pas l’unanimité au sein de la société civile

RDC: Parti pour remplacer Corneille Nangaa, Ronsard Malonda ne fait déjà pas l’unanimité au sein de la société civile

15 juin 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Avec six des 8 voies au sein des confessions religieuses, Ronsard Malonda vient de franchir la première manche de son élection à la tête de la Commission Électorale Nationale Indépendante ( CENI). Seules l’Eglise catholique et l’Eglise du Christ au Congo( ECC) n’ont pas voté pour ce secrétaire exécutif du bureau sortant de la CENI.

À la suite de la dernière réunion des confessions religieuses, la CENCO( conférence épiscopale en RDC) avait levé le ton contre ce candidat qu’elle soupçonne d’être porté par une force politique au pouvoir.

Cette affirmation des évêques catholiques avait donc comme soubassement des soupçons de corruption pour imposer l’actuel secrétaire exécutif de la centrale électorale, même poste qu’occupait l’actuel président de la CENI avant d’être propulsé en son temps à la présidence de cet organe d’appui à la démocratie.

D’aucuns pensent que cette élection des confessions religieuses consacre déjà Ronsard Malonda président de la CENI. Une version que réfute Georges Kapiamba, acteur de la société civile.

Selon ce coordonnateur de l’association Congolaise pour l’accès à la justice ( ACAJ) , « la loi organique sur la CENI (art. 10) ne reconnaît pas aux confessions religieuses le pouvoir de désigner le remplaçant du Président du bureau de la CENI » rappelle-t-il.

Elle prescrit par contre, poursuit-il, que ce dernier provient de « la Société Civile dont lesdites confessions ne sont qu’une de composantes » a-t-il précisé.

Un expert électoral de renommée internationale, Ronsard Malonda Ngimbi a exercé les fonctions de Secrétaire exécutif national de la CENI-RDC depuis 2015 jusqu’à ce jour.

Il a été Directeur national des opérations de la CENI-RDC de 2011 à 2015, Secrétaire technique national adjoint chargé des pools opérationnels de 2010 à 2011 et Gestionnaire de pool de 2009 à 2010. Il a également exercé entant qu’expert juriste de la CENI-RDC de 2007 à 2009 et Superviseur technique national de 2005 à 2007.

Actuellement la frange de la société civile opposée à ce choix charge ce proche collaborateur de Corneille Nangaa d’être à la base de la surfacturation des élections 2018; le choix contreversé de l’usage de la machine à voter; bourrage d’urnes et fabrication d’une majorité parlementaire décriés par la société civile et différentes forces de l’opposition politique en République Démocratique du Congo.

Moïse Dix