Kasaï central : deux ONG proposent un édit pour la réglementation de la scolarité des enfants vulnérables, victimes des VBG et issus des viols dans la province du Kasaï central.

Kasaï central : deux ONG proposent un édit pour la réglementation de la scolarité des enfants vulnérables, victimes des VBG et issus des viols dans la province du Kasaï central.

12 mai 2020 0 Par Grandjournalcd.net

Les acteurs de la société civile, des responsables des agences des nations unies et étatiques intervenants dans le domaine de violences sexuelles et celles basées sur le genre dans la province du Kasaï central ont validé la proposition d’un édit provincial portant réglementation de la scolarisation des enfants vulnérables victimes de VBG et ceux issus des viols dans la province du Kasaï central.

La séance y relative s’est déroulée dans la salle polyvalente du barreau du Kasaï central ce lundi 11 Mai 2020, sous l’initiative de deux organisations de la société civile, l’ADESS et Femme main dans la main pour le développement du Kasaï (FMMDK).

Selon les initiateurs, ce plaidoyer consistera pour l’Assemblée provinciale d’adopter un édit provincial qui favorise la scolarisation d’une catégorie des enfants nommément vulnérables, victimes des exactions, des VBG et issus des viols.

Celui-ci mettra en place des mécanismes de réglementation qui pourront appuyer la prise en charge scolaire par le gouvernement provincial avec ses partenaires internationaux des enfants survivants de VBG, applicable dans le système éducatif du secondaire, dans les établissements publics où différents enseignements sont donnés dans la formation normale et dans la formation technique et professionnelle, afin de lutter contre toute stigmatisation de ces enfants.

Cette proposition révèle ces deux ONG est la résultante d’une étude sur le faible taux de scolarité des enfants survivants de violences sexuelles dans le Kasaï central depuis les évènements malheureux du phénomène Kamwina Nsapu depuis 2016, où femmes et jeunes filles ont été violées par les hommes armés avec pour conséquence des naissances non planifiées.

Ayant reçu de ses mains cette proposition d’édit, L’honorable Béatrice Kapinga, présidente de la commission Sociale et Genre à l’organe délibérant du Kasaï central a promis son implication dans cette démarche auprès de ses collègues pour que ceci soit voté et adopté par l’Assemblée provinciale avant sa promulgation par le gouverneur de province, et sa mise en œuvre.

Ivan Honoré Mudiangombe