Kasaï central : Viol de 3 filles mineures, L’ONG FMMDK exige des sanctions lourdes à l’endroit des auteurs

Kasaï central : Viol de 3 filles mineures, L’ONG FMMDK exige des sanctions lourdes à l’endroit des auteurs

7 avril 2020 0 Par Grandjournalcd.net

L’ONG femme main dans la main pour le développement du Kasaï (FMMDK), condamne avec la dernière énergie la recrudescence des actes de violences sexuelles sur les femmes et les jeunes filles pendant cette période secouée par la pandémie du Covid19.

Dans un message de viol en temps de la pandémie Coronavirus, dont une copie parvenue à grandjournalcd.net, cette organisation de défense de droits de la femme au Kasaï central, note avoir enregistré et référencé trois cas de viols sur mineures, dont l’âge allant 2 à 17 ans.

Le premier cas est celui enregistré à Bakua lule, secteur de Dibatayi, territoire de Dibaya où deux jeunes filles, l’une de 15 et l’autre de 17, toutes d’une même famille ont été violées par un jeune homme d’une trentaine révolue, et ces victimes sont présentement toutes grosses.
Le deuxième cas a été enregistré dans le village de Bakua mpika, dans le territoire de Demba où une gamine de deux ans a été victime d’un viol de la part d’un homme d’environ 40 ans.

Tous les deux bourreaux sont détenus, respectivement au parquet de TSHIMBULU à Dibaya pour le premier et le second au parquet de Kananga sur ordre du procureur de la République.

C’est ainsi que la secrétaire exécutive provinciale de FMMDK appelle la justice a tranché équitablement ces dossiers sans céder aux pressions de part et d’autre pour des quelconques arrangements à l’amiable, afin que les auteurs soient punis sévèrement et répondent de leurs actes vis-à-vis de la loi.

Par ailleurs elle invite aussi, les autorités policières et militaires à assurer le sécurité des femmes et des jeunes filles contre des éventuelles violences sexuelles.

Aux parents, Nathalie Kambala, recommande l’observance des mesures préventives d’hygiène arrêtées par les autorités sanitaires pour se mettre à l’abri de ce fléau en gardant les enfants calfeutrés chez eux afin de protéger leurs familles.

Ivan Honoré Mudiangombe