RDC/EPST : le gouvernement congolais et l’Agence Française de Développement signent une convention pour appuyer le processus de mise en retraite des enseignants

RDC/EPST : le gouvernement congolais et l’Agence Française de Développement signent une convention pour appuyer le processus de mise en retraite des enseignants

1 novembre 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le gouvernement congolais et l’Agence française de développement ont signé ce lundi, la convention d’affectation pour le projet d’appui à la mise à la retraite des enseignants et d’amélioration des conditions d’enseignement-apprentissage.

Le ministère de l’EPST qui livre l’information, souligne que cette subvention de 25 millions d’euros est accordée dans le cadre du contrat de désendettement et de développement (C2D).

Pour ce faire, 4500 enseignants seront ainsi mis à la retraite et seront également réhabilitées dans le Kongo Central 538 classes 74 dans les écoles systématiquement accompagnées de points d’eau, de latrines séparées hommes/femmes et de bureaux de directions, au bénéfice d’environ 55000 élèves et 900 personnels enseignants et de direction

C’était en présence des ministres des finances Nicolas Kazadi, Tony Mwaba de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique, Eustache Muhanzi de l’Entrepreneuriat, de l’ambassadeur de la France, Bruno Aubert ainsi que la directrice de l’Agence française de développement, madame Safia Ibrahim -Netter.

Dans sa prise de parole le ministre de l’EPST, Tony Mwaba a insisté auprès de ces partenaires sur la mise en route rapide et tangible de ce projet car « les signatures ne valent rien sans démarrage effectif et concret des programmes » a renchéri le ministre.

D’après les experts, en 2022, environ 40000 personnels de l’EPST inscrits sur le fichier de la paie (soit 7,5% des personnels) ont dépassé l’âge légal de mise à la retraite établi à 65 ans et que 8000 d’entre eux ont plus de 75 ans.

Une situation qui selon eux, est à la base de plusieurs effets défavorables entre autres, l’accroissement de l’absentéisme dû à l’incapacité physique de certains enseignants âgés à faire classe et partant la réduction du temps d’apprentissage offert aux élèves ; l’incitation à de mauvaises pratiques comme par exemple le remplacement de l’enseignant âgé par un membre de sa famille pour maintenir le paiement du salaire en son nom.

En outre, elle cause l’absence de dynamique de rajeunissement des directeurs d’établissement et des personnels enseignant dans des postes d’encadrement, propice à une plus forte ouverture au changement ainsi que la difficile libération de postes budgétisés permettant la mécanisation de nouvelles unités dans les écoles.

Tout ceci, réduit l’efficacité du système éducatif et constitue un frein au changement dans le secteur éducatif, soulignent-ils.

La même source rapporte également que, cette subvention vise à amorcer la mécanique de départ en retraite et faciliter dans les meilleurs délais le départ à la retraite d’environ 4500 enseignants.

Aussi, elle permettra la réhabilitation du bâtiment incendié abritant la direction des Pensions et Rentes de survie (DPRS), ainsi que la numérisation des dossiers administratifs des agents pour la mutualisation des bases de données de la DPRS avec celles du SECOPE.

Ouriel M.