Fraude et corruption en Afrique : le FIGE examine les textes fondamentaux à Brazzaville

Fraude et corruption en Afrique : le FIGE examine les textes fondamentaux à Brazzaville

19 octobre 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Les institutions publiques de contrôle et d’audit des 25 pays du continent africain, membres du forum des inspections générales d’Etat d’Afrique et institutions assimilés (FIGE) sont en assemblée générales, la 8ème du genre, suivie du 9ème colloque international dudit forum à Brazzaville, du 19 au 21 octobre 2022, pour examiner ses textes fondamentaux et redimensionner la structure, après la parenthèse de la COVID-19.


Après Nouakchott en 2018, Brazzaville abrite cette année, les assises de la 8ème assemblée générale et le 9ème colloque du FIGE sous le thème : » les institutions supérieures de contrôle de l’ordre administratif face aux défis de la bonne gouvernance. »


Les travaux qui ont été ouverts, ce 19 octobre en matinée par le chef du gouvernement congolais, Anatole Collinet Makosso, ont été rehaussé du président du comité directeur du FIGE sortant, Zen El-Hassen et du secrétaire exécutif du FIGE, M. Hassan Issa Sultan.
Selon le contrôleur d’Etat du Congo, président du comité Directeur du FIGE, Germain Kiamba, qui a pris la parole à l’ouverture des travaux, plusieurs dossiers sont sur la table de discussion au cours de ces assises. Il s’agit notamment du règlement intérieur du FIGE, du manuel de procédures administratives et financières du FIGE, ainsi que des statuts amendés de l’institut du FIGE.

Le premier ministre, chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso, ouvrant les travaux, au nom du président du Congo, a souligné que, depuis sa création en 2006, le FIGE s’est donné comme ambition de devenir un acteur incontournable de la réflexion évaluative, un outils d’audit et prospective en matière de gestion publique. « Rendre compte de la garantie et la bonne utilisation des ressources publique et l’atteinte des objectifs de développement », a-t-il martelé avant d’appeler les organisations du continent à mettre en place des principes d’efficacité et d’efficience en négociant avec l’Etat des contrats de performance avec des objectifs et des indicateurs bien définis.


Le chef du gouvernement congolais n’a pas manqué de souligner la dimension responsabilité qu’incombe à ces structures d’audit et de contrôle. Aussi ces travaux de Brazzaville se présentent comme une tribune non seulement pour renouveler les instances dirigeantes de l’organisation continentale mais de tabler sur les valeurs du FIGE que sont l’engagement, la transparence, la coopération, le leadership et la performance.


En conséquence toutes institutions publiques ont-elles été invitées par le 1er ministre congolais à mettre un accent particulier sur le contrat de performance.
La vision du FIGE est celle d’être un des leaders de la pensée stratégique sur le secteur public africain. A ce titre, il est un interlocuteur privilégié pour tout ce qui concerne le contrôle, l’audit, le conseil et les études sur le secteur public ses relations avec la bonne gouvernance, le management et l’obligation de rendre compte.

A noter que, le forum qui se tient 16 ans après la création de cette institution s’articulera sur quatre panels notamment les mécanismes de sécurisation des fonds publics, les institutions supérieures de contrôle et la lutte contre la corruption et la fraude dans la gestion publique.


Wilfrid LAWILLA