RDC : Les mouvements citoyens du Nord-Kivu exigent des explications à la DGI sur la perception de l’IBP, de la taxe de déchargement et le CDI

RDC : Les mouvements citoyens du Nord-Kivu exigent des explications à la DGI sur la perception de l’IBP, de la taxe de déchargement et le CDI

24 septembre 2022 0 Par Grandjournalcd.net

La Lutte pour le Changement, LUCHA, Filimbi, et Veranda, exigent de la Direction Générale des Impôts du Nord-Kivu, des explications sur les multiples tracasseries fiscales décriées par les opérateurs économiques de la ville de Butembo au Nord-Kivu.

Dans un échange avec le centre d’impôts synthétiques, ces mouvements citoyens ont discuté avec leurs interlocuteurs sur les questions de la fameuse taxe sur le déchargement, la procédure de transfert d’un assujetti au Centre des impôts (CDI) ainsi que la perception de l’impôt sur le bénéfice et le profil, qui créaient déjà une mésentente entre les opérateurs économiques et d’une part certains agents incontrôlés de la DGI, d’autre part certaines corporations des galeries qui se déguisent en service de l’état.

Lors de cette rencontre qui a réuni les mouvements citoyens et les chefs de deux centres d’impôts synthétiques, CIS Butembo 1 et 2, il s’est avéré que la DGI ne perçoit pas de taxe sur le déchargement. D’où aucun individu ou groupe d’individus ne doit plus se présenter auprès des opérateurs économiques pour les rançonner sous prétexte d’une taxe de déchargement.

Quant à la procédure de transfert d’un contribuable d’une structure à une autre, il a été convenu que le terme CDI ne peut en aucun cas servir d’intimidation des assujettis et que ces derniers ne se sentent pas léser de se présenter au bureau de la DGI pour s’informer et dénoncer toutes formes de tracasseries fiscales.

De leur côté il a été strictement interdit à toutes corporations des galeries de ne pas se substituer en mur entre les contribuables et les services étatiques. Celles ci doivent rester dans leurs limites de cadre social pour ses membres.

La DGI a éclairé ces défenseurs des droits de citoyens sur le secteur qu’il couvre et démontrer que tout soit partir de l’évaluation du chiffre d’affaires de l’assujetti avec qui la DGI doit avoir des entretiens de compréhension sur la nécessité avant tout transfert au CDI et que l’IBP ne doit se percevoir qu’en tenant compte de la taille de l’entreprise.

Mbelesi Voyage