Tshisekedi répond aux propos d’Antonio Guteress sur le M23 : « le constat des faiblesses regrettables de la Monusco est donc unanime même au niveau le plus élevé de l’ONU »

21 septembre 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi a rappelé la nécessité de la réévaluation du plan de retrait progressif et responsable de la Mission des Nations-Unies pour la Stabilisation de la République démocratique du Congo, MONUSCO, après les propos du secrétaire général des Nations-Unies avec qui, il a échangé en tête à tête à New-York à l’occasion de la 77ème Assemblée Générale de l’Organisation des Nations-Unies (ONU).

Pour le Président Tshisekedi, le traitement diligent du dernier rapport des experts onusiens sur la crise sécuritaire à l’Est de son pays et le retrait des forces de la MONUSCO sont des éléments qui pourront défavoriser les suspicions des Congolais sur la complicité de la communauté internationale et dissiper l’ambiguïté du conseil de sécurité sur la crise à l’Est de la RDC.

« Pour éclairer la communauté internationale, les Congolais reitèrent leur demande au president du Conseil de sécurité de distribuer officiellement le dernier rapport des experts de l’ONU sur la situation sécuritaire à l’est de la République démocratique du Congo et de le faire examiner avec diligence, par lui, afin d’en tirer toutes les conséquences qui s’imposent sur le plan du droit, de la paix et de la sécurité internationale. Il y va de l’image et de la crédibilité de notre organisation. Procéder autrement, serait d’une part encourager le Rwanda à poursuivre son agression, ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité en RDC et d’autre part, nourrir davantage la suspicion légitime des congolais sur l’impartialité de l’ONU ainsi que la complicité de certains de ses membres dans ces crimes » a dit Félix Tshisekedi du haut de la tribune des Nations-Unies ce mardi 20 septembre

Et de poursuivre : « c’est pour mettre fin à cette suspicion et dissiper l’ambiguïté de certaines positions du Conseil de sécurité sur la crise sécuritaire à l’est de la RDC qui excède la population congolaise et exacerbe la tension entre elle et la MONUSCO que le gouvernement de mon pays a demandé la réévaluation du plan de retrait progressif et responsable de cette mission. Cette démarche d’ajustement est exigée par le constat unanime , même au niveau le plus élevé de notre organisation, des faiblesses regrettables de la Monusco ».

Le Président Congolais a dans ce même speech demandé à la communauté internationale de durcir le ton contre le Rwanda qui agresse à travers sa milice du M23, la République démocratique du Congo dans sa partie Est.

MD