RDC/Loi électorale : Congo Positif propose que les Secrétariats Exécutifs Provinciaux de la CENI organisent les élections législatives et publient les résultats sans passer par la Centrale électorale

RDC/Loi électorale : Congo Positif propose que les Secrétariats Exécutifs Provinciaux de la CENI organisent les élections législatives et publient les résultats sans passer par la Centrale électorale

25 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le débat sur l’examen de la proposition de loi modifiant et complétant la Loi de 2006, telle que modifiée par la Loi de 2011, portant organisation des élections présidentielles, législatives, municipales et locales, se poursuit à l’assemblée nationale.

A cet effet, la Direction Politique Nationale du Congo Positif qui dit suivre de près ce débat, salue les efforts des parties prenantes tendant à organiser les élections en 2023 conformément à la volonté du Peuple Congolais exprimée dans la Constitution du 18 avril 2006 telle que modifiée à ce jour.

Dans une déclaration parvenue à la rédaction de Grandjournalcd.net, Congo Positif trouve que toutes les propositions de modification de la loi électorale et celles réclamées par les forces politiques ne prenant pas part aux plénières de l’Assemblée Nationale sont d’origine post-afdeliennes et ne sauront permettre au pays de connaître les changements qu’il est en droit d’attendre après tant de luttes pour l’instauration de la démocratie en R.D.Congo.

Parmi les faiblesses d’origine post-afdelienne, il y a lieu de noter la suprématie des partis politiques pour désigner les candidats aux élections; le mode des scrutins ne donnant aucune chance réelle aux candidats indépendants et aux femmes; la centralisation à outrance des opérations électorales où les Secrétariats Exécutifs Provinciaux sont des simples caisses de résonance, sans pouvoirs réels; etc.

C’est ainsi que, le parti Cher à Dieudonné Nkishi considère que la seule modification fondamentale qui puisse aider à changer des paradigmes électoraux post-afdeliens actuels, est celle qui consiste à accorder l’autonomie opérationnelle et décisionnelle totale à tous les Secrétariats Exécutifs Provinciaux et à toutes les Cours d’Appels.

Ceci pourrait selon Congo Positif leur permettre d’organiser indépendamment toutes les opérations électorates et d’en publier les résultats sans passer par la Centrale électorale qui, elle, ne pourrait se contenter que de proclamer les résultats de l’élection présidentielle Province par Province.

Pour cette formation politique membre de l’Union sacrée, les Cours d’Appel pourraient, elles, connaître des contentieux électoraux des législatives nationales sans que cela soit la compétence de la Cour Constitutionnelle dont les scènes de 2018 – 2019 sont encore fraîches dans les mémoires des congolais.

C’est ainsi que Congo Positif propose au Président de la République de se nantir des pouvoirs régaliens lui reconnus par l’article 218 de la Constitution, pour engager les modifications Constitutionnelles nécessaires sans lesquelles les changements attendus ne resteront qu’un leure pendant tous ses mandats alors que tous les espoirs sont fondés sur lui.

Il faut signaler que le débat sur la nouvelle loi électorale se passe sous tension à l’assemblée nationale avec le refus de l’opposition Lamuka et FCC qui réclame en premier le consensus sur les réformes institutionnelles en RDC. Ce qui a vu l’ECIDE de Martin Fayulu marché le vendredi dernier à Kinshasa.

Ivan Honoré Mudiangombé