RDC/Kinshasa : Affectés par le délestage, les habitants du quartier Mapela au bout du souffle !

RDC/Kinshasa : Affectés par le délestage, les habitants du quartier Mapela au bout du souffle !

25 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Actuellement, le délestage n’épargne aucune commune de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. La population du quartier Mapela, dans la commune de Masina, se plaint des coupures ininterrompues du courant électrique et met, et en question et en cause, le travail de la Société Nationale d’Electricité qui se montre de temps en temps incapable de mettre fin à ce système. Depuis l’époque coloniale, en passant par la période d’indépendance jusqu’à nos jours, certains câbles électriques demeurent comme tels, sans subir un quelconque remplacement.

Selon les informations recueillies par des sources concordantes de la place, les habitants du quartier Mapela passent plusieurs jours et nuits sans avoir accès au courant électrique. Ce délestage atroce a vu le jour lors d’un problème relevé au post de Mapela d’une part, et d’autre part, cela est dû aux multiples coupures d’électricité causées par le fameux délestage qui ronge la vie de nombreux Kinois habitants surtout des quartiers périphériques de la Ville de Kinshasa. Comme c’est le cas avec la population du quartier Mapela.


Quoi qu’il en soit, les habitants sont contraints de payer les factures de consommation qui viennent à la fin de chaque mois, sans pour autant utiliser les différents appareils. Selon les habitants de Mapela, lesdites factures de la Snel grimpent jusqu’à vingt mille francs par parcelle. Une somme que la majorité des abonnés de la centrale électrique trouve exorbitante, vu la grogne sociale qui frappe Kinshasa.

« C’est comme si nos autorités ne nous aiment même pas. Nous vivons dans des conditions presqu’inhumaines ici à Mapela. Nous chargeons nos appareils à l’aide des groupes électrogènes. Les délestages tous les jours, on ne comprend rien de ce qui se passe. Les bandits communément appelés « Kuluna » font rage ici. Jusqu’à quand la
Snel va revoir ce problème ? », s’inquiète un habitant rencontré sur place.

Rien à faire. La balle est au camp de la Société Nationale d’Electricité de règlementer la situation, afin de sauver son image.

Dan de Dieu KAYANDA