RDC : Serge Kadima accuse le gouvernement congolais de violer la loi des finances 2022 pour des fins électorales

RDC : Serge Kadima accuse le gouvernement congolais de violer la loi des finances 2022 pour des fins électorales

21 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le regard critique constructif que nous avons vis-à-vis de la situation économique du pays pousse chaque jour à des réflexions profondes basées sur des faits , des impondérables et des projections scientifiquement soutenus.

En effet, comment comprendre que dans un contexte particulier de la démocratie, qu’un gouvernement se permette l’initiative de rabattre les taux de prélèvement sans s’en référer préalablement au parlement ?

L’impression que le gouvernement dit des warriors donne est de plonger dans une série des contradictions dans sa façon de voir et de faire.

Pour se rendre à l’évidence de ce qui précède, il suffit de scruter le cas de la confuse publicité autour de la mobilisation accrue des recettes avec rabattement fiscal.

L’on n’etonnerai guère d’une telle attitude du gouvernement quand on tient compte de l’accroissement du volume des exonérations accordées.

Le souhait et le bon sens managérial des nos gouvernants devraient conduire purement et simplement à réduire les inégalités de revenus en faisant observer la tension salariale.

Dans le même ordre d’idées , il aurait été mieux indiqué plutôt de corriger les écarts créés à partir des mesures prises autrefois en faveur des collaborateurs du Président de la République.

L’on serait en conséquence probablement édifié si ce gouvernement pouvait donner la mesure réelle du gain de revenus des fonctionnaires à la suite du prétendu rabattement.

Par ailleurs, toute personne avisée se doit de se poser la question suivante : le budget de l’Etat sera -t-il à même de supporter la majoration annoncée des salaires au moment où la soutenabilité est encore dans une situation précarité?

Dans la série des contradiction , il y a lieu d’évoquer la révision à la hausse du budget qui a été justifiée, en partie, par le prélèvement des impôts sur les revenus au taux de 15 %.

Il transparaît clairement que l’annonce faite par un des présumés warriors est illégale étant donné son péché contre la loi des finances 2022.

S’agissant de la baisse des recettes annoncée pour la catégorie des impôts sur les revenus professionnels, la hausse des salaires non budgétisée, les achats des Hyundai, le faible niveau d’investissement public, les dépenses ostentatoires, il y a lieu de s’interroger sur la qualité de la gouvernance des finances publiques en RDC!

Serge KADIMA LUABEYA, Écrivain et Cadre du FCC.