RDC/Kinshasa : Coupures volontaires de l’électricité à Masina/Sans-fil, les agents de la SNEL sur le banc des accusés !

RDC/Kinshasa : Coupures volontaires de l’électricité à Masina/Sans-fil, les agents de la SNEL sur le banc des accusés !

20 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Depuis un certain temps, les habitants du quartier Sans-fil, dans la commune
de Masina, tiennent en responsable les agents de la Société Nationale d’Electricité (SNEL) qui, selon eux, interrompent intentionnellement le courant, pour des raisons qui restent jusque-là occultes.

Pour nuire à la population ? Peut-on se demander, tant que la population de ce
coin de la capitale vit dans la désillusion totale quand il s’agit du courant électrique. Alors que ces habitants payent régulièrement des factures de la SNEL. Pour cette raison, ils sont sensés vivre du courant 24 heures sur 24, sans coupures de marque volontaire.

Une pratique qui ne fait que prendre des ails et devient de plus en plus présente dans toutes les communes de la Ville de Kinshasa.

« C’est depuis 8 heures du matin que
nous n’avons pas du courant. D’ailleurs, il se rétablira aux alentours de 20 heures ou jusqu’à demain. Surtout sur notre avenue ici, c’est comme vous le constatez vous-même. Nous nous réveillons et nous dormons dans l’obscurité totale. Pourtant, les cabines de la SNEL fonctionnent bien, et même les supers marchés des environs ont de l’électricité. De toutes les façons, je crois fermement que les agents de la SNEL sont à la base de ce phénomène. C’est de l’insupportable injustice que nous dénonçons avec la dernière énergie », explique Bokulaka, un habitant du quartier, rencontré sur place.


Interrogé sur le sujet, un agent de la Snel qui a requis l’anonymat a réagit en ces termes : « Oui, ces coupures électriques sont volontaires et c’est pour le bien de la population. Je ne sais pas comment nos agents peuvent couper du courant intentionnellement. La cabine, normalement, doit avoir un temps de repos, après un long moment de fonctionnement. C’est pour cela que nous sommes dans l’obligation de mettre en veille les cabines, vu les surcharges qu’ils ont ».

Des arguments qui ne terminent pas des murmures au sein de l’opinion.

Selon les informations recueillies sur place, la population du quartier Sans-fil s’interroge sur la hausse des factures qui reviennent, chaque mois, avec des sommes exorbitantes, alors que selon la même population, le courant consommé ne peut en aucun cas correspondre aux fameuses factures de la Société Nationale d’Electricité envoyées à ses abonnés.

En définitive, le délestage est une bonne affaire, mais, toute fois, la SNEL doit prendre en compte les cris de la population, car, si la population continue à déplorer l’efficacité de la centrale électrique, ce qu’il y a quelque chose qui ne marche pas jusque-là. Il n’y a pas de fumée sans feu, dit-on.

Dan de Dieu KAYANDA