RDC/Kinshasa : Les jeunes du quartier Funa dans la commune de Barumbu transformés en agents de la SNEL

RDC/Kinshasa : Les jeunes du quartier Funa dans la commune de Barumbu transformés en agents de la SNEL

18 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

L’instabilité de l’électricité à Kinshasa devient un casse-tête. Du jour au jour,
les Kinois ne cessent de déplorer cette situation qui plonge la capitale Congolaise dans le noir total. Pour essayer de sauver la donne, les jeunes gens du quartier Funa, dans la commune de Barumbu se convertissent en agents de la Société Nationale d’Electricité, malgré que parfois, ils soient accusés par la population, d’être à l’origine de la coupure de l’énergie électrique, afin de se faire un marché florissant, juste pour le gagne-pain.

En effet, ces jeunes gens du quartier Funa sont les facilitateurs du phénomène que les habitants appellent eux-mêmes « ko benda courant », ce qui veut dire qu’en cas de délestage dans telle ou telle avenue, les habitants de l’avenue affectée par le délestage se lancent dans des raccordements illicites du courant, chez les voisins qui en ont.

Un système qui, dans la plupart de cas,
cause des nombreux incendies vécus
dans la ville-province de Kinshasa.

Pour y arriver, les jeunes garçons du
quartier, passent de porte à porte, réclamant une somme d’argent, pour rétablir le courant. Ce qui est étonnant
dans cette pratique, après cette cotisation, comme dans un rêve, le courant se rétablit, d’où la confiance que les habitants de Funa font à ces jeunes prend de l’essor, plus qu’aux agents de la SNEL, malgré quelques inquiétudes.

« Nous ne comprenons pas pourquoi
nous vivons dans le noir, chaque jour, alors que notre pays, la République Démocratique du Congo est un grand fournisseur en matière de l’énergie électrique. Nous avons un barrage hydroélectrique considéré dans l’échelle mondiale. Regardez un peu nos propres enfants se comportent maintenant en agents de la SNEL, et nous font payer, du jour au jour, des cotisations, pour un soit disant délestage et des câbles qui se détériorent chaque jour. Cela démontre l’impuissance de cette société électrique, d’assumer ses responsabilités », dénonce
un commerçant rencontré dans le
quartier.

De toutes les façons, les autorités de la Société Nationale d’Electricité doivent se déployer, d’urgence, dans le quartier Funa, afin de mettre fin à ce système des jeunes gens qui deviennent des agents permanents de la SNEL. Malgré que certains observateurs parlent même de la complicité de ces jeunes avec quelques agents de la SNEL, dans cette affaire illégale.

La SNEL doit réagir vite, pour sauver
son image. Mieux vaut prévenir que
guérir, dit-on.

Dan de Dieu KAYANDA