RDC : Le ministère de l’urbanisme et habitat pour quelle mission ? [Tribune de l’urbaniste Fiston Ilangi]

RDC : Le ministère de l’urbanisme et habitat pour quelle mission ? [Tribune de l’urbaniste Fiston Ilangi]

15 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Discipline ou science de l’habitat urbain, l’urbanisme sert à planifier l’aménagement d’une ville ou d’un quartier avant même sa construction. Même si on en sous-estime souvent l’importance, c’est grâce au travail des urbanistes qu’un quartier a la possibilité d’être fonctionnel, esthétique, voire écoresponsable. La création du ministère Congolais de l’urbanisme et habitat devrait venir en réponse à la forte croissance démographique dans les pôles urbains et au développement des villes par le biais de quartiers d’habitat spontané où ni les normes minimales de construction ni l’accès aux services de base ne sont assurés. Quel profil pour ce ministère à l’heure actuelle ? Nous vous proposons une réflexion de l’urbaniste Fiston Ilangi Ndeke.

Depuis la création du ministère de l’Urbanisme et Habitat en RDC (1988), 34 ans après, la ville de Kinshasa n’a bénéficié que de quelques plans d’urbanisme dont le premier datant de 1950.

Tous les autres plans d’urbanisme qui se sont succédé, surtout après l’indépendance, sont restés lettre morte, à l’instar du schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de 1975, de l’actuel SOSAK de 2015.

Il sied aussi de signaler que depuis cette création ministérielle jusqu’aujourd’hui, ce ministère salvateur et technique de l’urbanisme et habitat de notre Pays n’a jamais eu un ministre ayant le profil d’urbaniste.

Pour une petite histoire, jadis l’administration coloniale se trouvait entièrement entre les mains des agents expatriés. Bien qu’il n’y avait pas eu remise et reprise avec le Congo-belge, à l’ascension du pays à l’indépendance, les statistiques de certains auteurs montrent que l’administration publique était gérée par quelques 12.000 fonctionnaires nationaux contre 10.696 cadres coloniaux.

Il sied aussi de signaler que la colonisation Belge avait privé les autochtones de leur participation à la gestion des affaires publiques locales.

Jusqu’à la décolonisation, le Congo Belge n’avait cédé aucune parcelle de pouvoir aux autochtones.

Après l’indépendance, l’administration publique surtout en matière d’urbanisme était privée des cadres coloniaux, connaisseurs de l’urbanisme. Il fallait combler ce vide professionnel, voilà pourquoi sur demande de l’État Congolais , on avait créé la section urbanisme à l’IBTP pour former les urbanistes Congolais capables de relever les défis Urbanistiques en RDC.

L’institut supérieur d’architecture et d’urbanisme(ex IBTP) a déjà formé actuellement plus de 200 urbanistes qui malheureusement sont en chômage et déconsidérés totalement par le Gouvernement en place. Mais hélas, l’administration publique de l’urbanisme et habitat de notre pays continue à garder, à promouvoir des profanes à la place des urbanistes. Et cet état de chose entraîne un faible pourcentage d’insertion professionnelle au sein de ce ministère technique et salvateur.

Qu’est-ce qui empêche le Gouvernement Congolais d’engager sinon d’utiliser les urbanistes, professionnels au sein de ce ministère ? L’exemple récent est celui du programme de développement local de 145 territoires. Aucun urbaniste a été associé pendant l’élaboration de ce programme or l’élaboration d’un programme de développement local sans urbaniste n’est que la ruine de ce territoire.

Mauvaise politique, ignorance ou mauvaise foi ?
Je vais y revenir…