RDC/EPST_un an du gouvernement Sama : le Ministre Tony Mwaba s’est distingué par des réponses aux multiples questions pour l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des enseignants et la consolidation de la gratuité de l’enseignement

RDC/EPST_un an du gouvernement Sama : le Ministre Tony Mwaba s’est distingué par des réponses aux multiples questions pour l’amélioration des conditions socioprofessionnelles des enseignants et la consolidation de la gratuité de l’enseignement

12 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

12 avril 2021 – 12 avril 2022, un an jour pour jour depuis que le gouvernement Sama Lukonde a été mis en place pour conduire et matérialiser la vision du chef de l’État congolais Félix Tshisekedi.

L’une des promesses de la campagne de Félix Tshisekedi faîte aux congolais lors des élections qui l’ont conduit à la magistrature suprême, est la gratuité de l’enseignement primaire en RDC. Félix Tshisekedi a-t-elle matérialisé cette promesse phare et très voulue par les congolais ?

La réponse affirmative à cette question ne pas à démontrer. Le ministre de l’enseignement primaire secondaire et technique, le professeur Tony Mwaba Kazadi, un warrior que même les ancêtres de la RDC voulaient pour mettre fin à cette galère des enfants congolais.

Un an , des réponses aux multiples difficultés dans ce sous secteur de l’enseignement en République Démocratique du Congo. Dès son accession à ce ministère, le Professeur Tony Mwaba a trouvé une mort dans l’âme. La vision de Félix Tshisekedi étouffée par des actions énigmatiques, sans contours visibles ni méandres pendant le règne de son prédécesseur du gouvernement avec lequel le président Tshisekedi a commencé son action.

Parmi les difficultés que personne n’ignore dans ce ministère de l’EPST, trouvées par Tony Mwaba sans distinction des celles du passé décriées par les congolais dans les régimes qui se sont succédés notamment la pauvreté des enseignants au paroxysme atteint, le manque des instructions scolaires, désordre dans le processus de paie des enseignants caractérisé par des lapidations des millions d’argent au détriment de l’enseignant congolais, la prolifération des agents et établissements fictifs, pour n’en citer que ceux-ci. Il a fallu, comme pour dire que la matérialisation de cette vision était sacrée, que le chef de l’État sanctionne ces difficultés du passé, par la nomination du professeur Tony Mwaba à la tête du ministère de l’EPST.

Homme de droit et administratif, Professeur des universités, Tony Mwaba a commencé par le commencement. Dès son accession à la tête de l’EPST, il s’est fixé des objectifs stratégiques pour en tout cas en finir avec un système éducatif archaïque en RDC et mettre fin avec les pratiques néfastes et suicidaires du passé dans ce secteur.

Au nombre de ses objectifs stratégiques, le redressement du sous secteur de l’EPST, par le nettoyage du fichier paie des enseignants. Par cette initiative,
le ministre Tony Mwaba a obtenu des résultats probants et satisfaits pour les congolais notamment, la prise en charge des enseignants nouvelles unités (N.U) du cycle maternel. Avec l’argent issu de cette action du nettoyage de fichier paie, les frais de fonctionnement ont augmenté de 20% dans toutes les écoles, et l’opération mise à la retraite des enseignants a été lancée, y compris la prise en charge progressive des N.U du secondaire. Il y a eu également paiement de l’acompte du 2ème pallier (20.000) sur le salaire des enseignants et le paiement de la moitié de prime de brousse.

Un an, un espoir à l’EPST !

Il n’a fallu qu’un an, pour que les congolais donne du crédit à cette promesse du président Félix Tshisekedi de valoriser le système éducatif congolais. Partant de la situation salariale des enseignants de la RDC, depuis l’investiture de l’actuel gouvernement dans le secteur de l’EPST. Avant la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement, un enseignant du territoire tout comme celui du chef-lieu touchaient à la fin du mois 156. 688 FC. Et celui de la ville (Kinshasa et Lubumbashi) touchait 171.688 FC . Et là les effectifs payés étaient de 410.256 enseignants. A la mise en œuvre de la gratuité en 2019, l’enseignant du territoire et du chef-lieu touchaient respectivement 195.777 FC et 215.777 FC. Ceux de la ville Kinshasa et Lubumbashi et ceux des écoles de référence touchaient 365.777 FC. Et là, les effectifs payés étaient de 608.549 enseignants. Par contre, après l’investiture du gouvernement Sama, les enseignants des territoires et ceux des chef-lieu touchent respectivement 235.777 FC et 315.777 FC. Ceux qui vivent en ville touchent 385.777 FC.

Par ailleurs, le ministre Tony Mwaba a focalisé sa lutte dans la pérennisation de cette gratuité de l’enseignement devenue réalité. « Gratuité de l’enseignement est effective mais il faut combattre les effets induits pour la pérenniser », disait Tony Mwaba après avoir nettoyé le fichier paie.

Par les effets induits de la gratuité, le professeur Tony Mwaba a relevé les difficultés qui sont en train de ralentir sa pérennisation, notamment le surpeuplement d’élèves, et consorts. Pour y parvenir, une campagne « Pas une école sans bancs » est lancée à Mbujimayi dans le Kasaï-Oriental pour toute la République, afin de pouvoir améliorer les conditions d’apprentissage dans les écoles. Cette campagne déjà dans le haut Katanga, Kinshasa, Grand-kivu, Kongo-Central, Kasaï Oriental…continue à ce jour à faire son bon homme de chemin sur l’ensemble du pays ( pour atteindre toutes les provinces).

Pendant ce temps-là la rentrée scolaire 2021-2022 s’est avérée de tous les enjeux. Ç’a tiré à balles réelles à travers des mouvements de grève déclenchés pour boycotter la reprise des cours, les enseignants avaient exigé un tas des revendications. Par leurs capacités de persuasion, le gouvernement et son warrior ont réussi à apaiser les tensions grâce aux assises tenues à Mbuela lodge avec le banc syndical de l’EPST, en apportant plus des précisions notamment sur le champ d’application de la gratuité de l’enseignement, qui est centrée à l’école primaire, l’année scolaire est effective.

Le ministre de l’EPST, le professeur Tony Mwaba a de grâce, mis à la disposition de tous les enseignants des établissements publics de l’État, une prime de gratuité de l’enseignement, qui est restée éternelle.

En effet, pour répondre à la question de surpeuplement, le projet de construction de 200 écoles a été lancé. Des écoles en pailles et en chaumes qui ont existé et continuent à exister vont être converties en matériaux durables et des salles vont s’ajouter à celles bien en bonne forme.

Un an, un espoir à l’EPST, Visiblement convaincu par le dynamisme et la rigueur, le Fonds Monétaire International octroie 100 millions de dollars à la RDC, en appui au Projet pour l’Équité et le Renforcement du Système éducatif. Le ministère de l’EPST a, après avoir lancé l’enseignement à distance, mis en place le call center pour lutter contre les violences basées sur le genre en milieux scolaires.

De la parole à l’acte, les conclusions arrêtées dans les négociations avec le banc syndical à Mbuela lodge sont promptement rencontrées une précision et pas la moindre, plus de 84.000 enseignants nouvelles unités sont pris en charge par l’État dès ce mois d’avril. Parmi lesquels 45.000 sont du primaire, 17.000 du secondaire et le reste du cycle maternel et agents des bureaux. D’autres avantages sont signalés sur le salaire des enseignants dès ce mois d’avril 2022.

En ce moment précis, une mission d’évaluation de la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement est à l’œuvre pour toutes les 26 provinces. Une forte délégation du ministère de l’EPST conduite par Tony Mwaba vient d’une mission d’itinérance dans le Grand-kivu après le Kongo central, Kinshasa, grand Bandundu et grand Équateur pour palper du doigt les orientations données aux autorités de l’EPST dans les provinces.

Willy Theway Kambulu