RDC/Élections : La Dynamique Progressiste Révolutionnaire dévoile ses innovations pour la réforme de la loi électorale

RDC/Élections : La Dynamique Progressiste Révolutionnaire dévoile ses innovations pour la réforme de la loi électorale

11 avril 2022 0 Par Grandjournalcd.net

En République démocratique du Congo, la Dynamique progressiste révolutionnaire de l’opposition républicaine vient de dévoiler ses 7 innovations pour l’amélioration de la loi électorale dans le cadre des réformes consensuelles électorales.

1. La première innovation: Des conditions d’éligibilité du Président de la République pour rendre cette fonction plus prestigieuse, excellente et suffisamment couronnée.

Ici la Dypro propose que le candidat président devra présenter un diplôme certifié ou faire preuve d’une expérience
irréprochable dans le système de gouvernance politique ou sociale de la République.

2. Deuxième Innovation : Participation au vote des Congolais de l’étranger dits de la « diaspora » pour le scrutin présidentiel.

A ce point, l’opposition républicaine, propose entre autres: l’ouverture des centres d’inscription des électeurs et des
bureaux de vote par zone géographique à forte concentration des citoyens congolais; l’institution des Ambassades en Centres d’inscription des électeurs et en bureaux de vote occasionnels ; et la désignation des membres de réception et traitement des
candidatures et bureaux de vote ; et permettre à un candidat se trouvant à l’étranger de déposer son dossier sur place.

3. L’interdiction du cumul de candidature à plusieurs niveaux de scrutins à la fois.

La Dypro propose que soit inséré une nouvelle disposition à la loi : « Tout cumul de candidature à plusieurs niveaux des scrutins n’est pas autorisé ».

4. Quatrième innovation : L’interdiction catégorique d’une suppléance à caractère parentale ou familiale à toutes les
candidatures recevables. Ceci nous évitera l’accaparement par les mêmes familles de deux ou plusieurs sièges tant à l’Assemblée nationale, au Sénat que dans les Assemblées provinciales.

L’opposition républicaine propose que soit inséré dans la loi électorale une disposition sévère :
« Tout alignement de suppléant issu de la propre lignée parentale ou familiale du candidat est interdit. Chaque parti politique, regroupement politique ou candidat indépendant est appelé à inscrire sur ses listes, des suppléants autres que ses membres de famille ».

5. Cinquième innovation : La révision raisonnablement à la hausse du poids chiffré de la caution électorale. Ceci contribuera à décourager les candidatures fantaisistes et opportunistes.

La Dypro propose que la caution électorale passe du simple au double.

6. Sixième innovation : La DYPRO plaide également pour le renforcement des dispositions visant l’inéligibilité légale
des candidats condamnés pour les crimes graves (Crimes contre l’humanité, crimes de guerre etc ).

Pour la Dypro propose la formulation d’une disposition y relative : « Toute candidature dont l’intéressé fait l’objet
d’une condamnation de justice ou une résolution d’une juridiction reconnue par notre Etat pour des crimes graves (génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité etc.) sera rejetée »

7. Septième innovation : La clarification potable de l’article 237 ter de la Loi électorale en rapport avec le vote électronique. Compte tenu de l’embarras dans lequel le peuple a été plongé lors des scrutins de 2018 au sujet de la « machine à voter », nous recommandons au législateur de dissiper définitivement le flou d’interprétation de ladite disposition pour permettre aux partis politiques de mieux s’adapter aux nouvelles technologies électorales.

La Dypro souhait la levée de l’option d’un choix multiple par l’autorité électorale afin de faire usage des trois catégories de vote en fonction des contextes, des choix politique du pays et des ressources
disponibles.

Ivan Honoré Mudiangombé