Lutte contre le changement climatique : Eddy Mundela plaide pour la création d’une organisation mondiale de l’environnement ayant pour siège la RDC

Lutte contre le changement climatique : Eddy Mundela plaide pour la création d’une organisation mondiale de l’environnement ayant pour siège la RDC

28 mars 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le premier vice-président du Sénat, Eddy Mundela Kanku, à représenter le Parlement Congolais aux travaux de la 144ème assemblée de l’Union Interparlementaire (UIP) et ses réunions connexes abrités par le Parlement Indonésien à Nusa Dua du 20 au 24 mars dernier.

A la tribune de l’UIP, il a de prime abord dans son argumentaire rappelé à ses interlocuteurs que depuis quelques décennies, le Parlement de son pays, en symbiose avec le Gouvernement, ne ménage aucun effort pour réfléchir sur la problématique du changement climatique et initier des actes matériels devant mener aux pistes de solution durable qui, non seulement répondent aux résolutions de la Cop 26 ; mais aussi cadrent, avec la position de son Etat, qui est la RDC, d’être un pays solution.

Au-delà du dispositif national que la République démocratique du Congo a mis en place, sa position de pays solution à travers le bassin du Congo, ses tourbières qui contribuent au maintien de la biodiversité, sa forêt tropicale, son potentiel hydroélectrique, son sous-sol qui regorge des ressources minières stratégiques, Eddy Mundela a en sa qualité de président du groupe Géopolitique Africain de l’Union Interparlementaire demandé à ses pairs, de contribuer activement pour résoudre les problèmes liés aux changements climatiques.

D’où pour lui, l’urgence serait, de créer l’organisation mondiale de l’environnement qui aura pour siège Kinshasa.

« De ce qui précède le Parlement de la République démocratique du Congo relève :
1. la nécessité urgente de constituer au sein de l’Union Interparlementaire une Task-Force de lutte contre les changements climatiques autour des trois plus grands pays forestiers, et je cite la République démocratique du Congo, le Brésil et l’Indonésie.
2. l’accélération du mécanisme de création et mise en place de l’organisation mondiale de l’environnement, et dont le Parlement de la République démocratique du Congo réitère sa requête formulée à l’audition Parlementaire des 17 et 18 Février 2022 au siège des Nations Unies à New York, de se voir abriter le siège.
3. le renforcement du fonds vert sur le climat et confier sa gestion principalement aux pays solutions précités » a-t-il plaidé.
Il a en outre, terminer son allocution en exhortant ses contemporains à s’inspirer de la récente mobilisation sur la crise sanitaire de la Covid-19 à plus d’engagement et de détermination en liant l’acte à la parole.
« Il est plus que temps de minimiser voire endiguer autant que faire se peut, le phénomène à évolution inexorable qu’est le changement climatique. Nous méritons tous impérativement un environnement écologique où il fait et il fera beau vivre pour les contemporains et les générations futures » a-t-il conclu.

Dan de Dieu KAYANDA