RDC : Dépôt ce vendredi à l’assemblée nationale d’une pétition sur la programmation du débat sur la constitution

RDC : Dépôt ce vendredi à l’assemblée nationale d’une pétition sur la programmation du débat sur la constitution

18 mars 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le président du Parti Travailliste, Steve Mbikayi Mabuluki envisage, son groupe et lui, de déposer ce vendredi 18 mars à la chambre basse du parlement, une pétition sur la programmation du débat sur la constitution à la présente session ordinaire de Mars.



30 signatures ont déjà été collecté, rassure t-il.

« L’idée de la révision ou le changement de la constitution évolue. Ce jeudi 17 mars 2021, les députés ont commencé à signer la pétition que nous avons initiée demandant la programmation de ce point à cette session de mars. Aujourd’hui, nous avons déjà 30 signatures » a tweeté le député national, Steve Mbikayi.

Collectif créé, ces députés souhaitent aussi la reconnaissance de la double nationalité.

« Les tenants de la révision ou du changement de la constitution souhaitent notamment : qu’il soit supprimé certaines institutions, jugées budgetivores, la reconnaissance de la double nationalité, le changement du régime politique, et la durée de la législature en vue de réduire les dépenses liées à la politique et à la démocratie qui sont plus importantes que celles affectées au développement et à la défense de notre pays » a dit le député national Steve Mbikayi dans une correspondance adressée au président de sa chambre, Christophe Mbosso.

D’après l’initiateur du Front Patriotique 2023, un regroupement d’appui aux actions de l’actuel Chef de l’État pour sa réélection aux prochaines échéances électorales, ce débat sensible doit quitter la rue pour l’hémicycle afin qu’une option soit levée.

Pour lui, cette question de révision ou changement de constitution doit impérativement être traité au cours de cette session.

D’après des sources, Steve Mbikayi, ancien ministre des ministres des actions humanitaires propose dans cette revisitatation de la constitution, que le mandat du président de la République passe désormais de 5 à 7 ans pour palier toutes les contraintes budgétaire que le pays fait face.

Ci dessous, la correspondance

Glody Luedi