RDC/EPST_projet de construction de 200 écoles : le pédagogue Daniel Makila salue les efforts de Tony Mwaba et appelle le gouvernement à mettre plus des moyens dans ce processus qualitatif de l’éducation nationale

RDC/EPST_projet de construction de 200 écoles : le pédagogue Daniel Makila salue les efforts de Tony Mwaba et appelle le gouvernement à mettre plus des moyens dans ce processus qualitatif de l’éducation nationale

5 mars 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Je salue les efforts du Professeur Tony Mwaba, Ministre de l’enseignement primaire, secondaire et technique et cette initiative de la construction des nouvelles écoles que je souhaite voir aller jusqu’au bout à l’horizon d’une satisfaction à terme de l’équilibre entre la demande et l’offre de la population à l’éducation de base de leurs enfants. Voilà une action qui va dans le sens d’accompagner positivement le processus de prise en charge totale de l’enseignement fondamental. Bien entendu, celle-ci doit permettre par conséquent le recrutement des nouvelles unités de manière à la correspondre aux besoins en personnel.

Si l’enseignement est gratuit pour les parents au niveau du primaire, il ne l’est pas pour l’Etat. c’est parce qu’il est un droit constitutionnel et non une faveur. Ainsi, le gouvernement a l’imperieux devoir de mettre davantage des moyens dans un processus qualitatif de l’éducation nationale au risque de faire subir à toute une génération les effets de l’expérimentation d’un système qui pourrait conduire, si on n’y prend garde à « un génocide intellectuel ».

Par exemple, à défaut d’avoir, comme c’est le cas actuellement, des salles de classe bondées de plus de 45 élèves, limites maximum requis, le gouvernement est appelé à examiner, toute affaire cessante, la possibilité d’affecter deux instituteurs par salle de classe, mais en limitant strictement cette exception à l’effectif de 65 élèves. Question de placer le deuxième instituteur à la gestion de la discipline et de la motivation des élèves, pendant que le titulaire dispense les leçons. Car, techniquement, il est très difficile pour un instituteur, même expérimenté, d’encadrer utilement plus de 45 élèves dans une seule salle de classe.

Évidemment, une telle solution doit être suffisamment analysée pour en dégager les principes pédagogiques adéquats. Elle ne peut être que provisoire, car l’objectif est de construire autant des salles de classe de maximum 45 élèves, selon les besoins progressivement créés par la motivation d’un enseignant gratuit pour les parents, mais aussi un enseignement de qualité, car l’enseignement au niveau fondamental est le socle de toutes les études à venir dans la vie d’un homme. Une école primaire ratée pose un défi majeur pour la suite de la formation.

Daniel MAKILA
Pédagogue de formation et Analyste Politique