RDC/Immobilier_Projet Fatshi City : « BITEC » Promoteur, Maître d’oeuvre et concepteur du projet se réjouit des avancées du dernier conseil des ministres et met en garde tout usurpateur! La crédibilité de Guy Loando mise en jeu

RDC/Immobilier_Projet Fatshi City : « BITEC » Promoteur, Maître d’oeuvre et concepteur du projet se réjouit des avancées du dernier conseil des ministres et met en garde tout usurpateur! La crédibilité de Guy Loando mise en jeu

23 février 2022 0 Par Grandjournalcd.net

Le projet immobilier dénommé « Fatshi city » qui sera éxecuté sur les terrains qu’abritent les camps militaires après délocalisation de ceux-ci, les camps kokolo et lufungula dans la ville de Kinshasa, porte confusion aux yeux des congolais qui voyaient une société congolaise BITEC consulting à la commande de Mr Paul Makela, s’activer durant plusieurs années pour sa matérialisation.

Subitement, une autre société Belge dénommée KinKo Be. s.a  fait surface et prend la vedette. Currieusement l’on constate des avancées des discussions avec Guy Loando, Ministre d’État en charge de l’Amenagement du Territoire, qui préside, voir, plusieures réunions entre la Commission interministérielle et ces partenaires  techniques et financiers belges dans le cadre du même projet « Fatshi City ».

Cependant,  les curieux veulent savoir qui en est le vrai auteur ou promoteur maître d’oeuvres ?

KinKo Be. s.a quant à elle possede un protocole d’accord avec le gouvernement concernant la construction d’un nouveau camps militaires et viabilisation du site Kokolo depuis le 02.02 2016 pendant le reigne du Président Kabila sous Matata Ponyo, jamais executé jusqu’à l’expiration dudit protocole d’accord depuis 2020.

Cependant BITEC consulting le génie congolais, concepteur du projet et promoteur maître d’oeuvres de Fatshi City, à son tour se voit dans l’obligation de rétablir la vérité, a déclaré un des communicateurs de cette société.

Quid sur l’acteur ministère tutelle!

En 2016, le concept Fatshi City ne pouvait guère exister car Felix Antoine Thisekedi, l’actuel Président n’etait pas au pouvoir et KinKo Be. s.a doit fournir une autre version des faits contraire à celle-ci. À la difference de BITEC, à la prise de fonction présidencielle, la société congolaise a reussi à obtenir des protocoles d’accords et contrats en vue avec le gouvernement ayant comme mission de promotion pour la mobilisation des partenaires techniques et financiers additionnels, et évidemment la maîtrise d’œuvre (les études, surveillance, contrôle).

BITEC au Sénat

Le même Ministre Guy Loando qui a présenté ce projet au conseil des ministres l’année passée sous le label de BITEC consulting, et ce projet connait déjà des avancées significatives dont la validation de l’état d’avancement et des points d’actions en conseil des ministres, soudainement ce sont les belges qui priment. Alors pourquoi cette versatilité brusque? Ne faut-il pas faire confiance à sa patrie? Qu’est ce qui se trame derrière? A-t’il la possibilité de les associer au profit de la RDC?

« C’est une maladie chez certains dirigeants africains, ils trahissent leur propres Frères pour des fins absurdes mais ce qui est de positif en RDC, le Président de la République Felix Antoinette Tshisekedi étant un vrai nationaliste, ne voudra pas faire passer cette trahison au detriment des ses dignes fils du pays qui ont conçu ce gigantesque projet phare d’immobilier en RDC », a ajouté un des communicateurs de BITEC.

Il sied de noter que tous les ministères et services étatiques impliqués dans le projet Fatshi City by BITEC sont au parfum des avancées significatives techniques et stratègiques du projet et que Fatshi lui-même doit remettre à qui de droit.

Pour rappel le protocole d’accord signé entre le gouvernement congolais et la société congolaise BITEC consulting vise la délocalisation de certains camps militaires afin d’améliorer les conditions de vie des éléments des FARDC et policiers, créer de l’emploi à des milliers de congolais et moderniser la ville de Kinshasa.

BITEC chez les FARDC

« Notre responsabilité contractuelle en tant que concepteur du projet, c’est de veiller à ce que les ouvrages soient réalisés dans les conditions que nous définirons dans les différents cahiers de charge, mais aussi de nous assurer que 40% d’exécution est confié aux nationaux en conformément  à la loi sur la sous-traitance », a-t’il conclu.

La RDC reste est un vaste chantier qui a grandement besoin d’investissement en infrastructures et le Président de la République en a lancé cet appel.

La rédaction