RDC/Nord-Kivu : l’allocution des langues étrangères loin d’être une source d’acculturation à Butembo

RDC/Nord-Kivu : l’allocution des langues étrangères loin d’être une source d’acculturation à Butembo

21 février 2022 0 Par Grandjournalcd.net

L’apprentissage des langues étrangères dès l’éducation de base des enfants fait la une dans des milieux urbains et ailleurs. C’est une observation qui laisse à croire que la langue locale ou mieux la langue maternelle semblerait appartenir au passé.

D’aucun pensent que l’avènement de l’intégration de la langue anglaise voire française dans la formation des écoliers de la maternelle ou du primaire serait une façon de les acculturer.

En marge de la journée mondiale de la langue maternelle ce lundi 21 février 2022, le Chef de travaux KARONGO Pantaléon, linguiste et enseignant des langues dans les institutions supérieures n’y voit pas de mal.

Le CT KARONGO Pantaléon laisse entendre que l’apprentissage de la langue ne change pas du tout la culture d’un peuple d’autant plus que la langue est plutôt un instrument de communication. Les langues étrangères nous permettent une communication et barrer toutes frontières linguistiques entre les différents pays. Il attribue l’apprentissage actuel des autres langues au contexte post colonial qui se vit depuis l’accession du pays à l’indépendance.

« Je n’utilise pas la langue maternelle à l’école, est-ce que on doit conclure rapidement qu’on vient d’acculturer les enfants, je ne crois pas directement. Car l’acculturation est un choix qu’on opère, on n’est pas imposé. On choisit d’abandonner sa culture pour une autre, » a martelé le CT KARONGO Pantaléon.

Toutefois, celui-ci reconnait que celui qui utilise dans son parlé sa langue maternelle gagne en locution de la langue de sa tribu, son ethnie ou de ses ancêtres et accèdent facilement aux relations avec les membres de sa communauté linguistique.

Mbelesi Voyage