RDC/Procès Chebeya : la VSV, partie à ce procès, contre toute plaidoirie avant l’audition de toutes les personnes citées par le Major Paul Mwilambwe

RDC/Procès Chebeya : la VSV, partie à ce procès, contre toute plaidoirie avant l’audition de toutes les personnes citées par le Major Paul Mwilambwe

13 janvier 2022 0 Par Grandjournalcd.net

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme, VSV, partie au procès sur l’assassinat de son ancien directeur exécutif Floribert Chebeya et son chauffeur Fidèle Bazana, n’a pas tardé de réagir à la plaidoirie faite par la partie civile.

Pour la VSV, toute plaidoirie faite ce mercredi 12 janvier lors de l’audience du procès en appel sur cet assassinat, avant l’audition des personnes et personnalités citées dans cette affaire, est « contre sa volonté »

Dans un communiqué de presse, dont une copie est arrivée à grandjournalcd.net ce Jeudi 13 Janvier, cette structure de défense des droits humains affirme que « la plaidoirie faite par l’un des avocats des parties civiles en l’occurrence Me Eley Lofele, ne l’engage pas ».

Par ailleurs, la VSV qui félicite les autorités congolaises et celles de la haute cour militaire pour les efforts qu’elles fournissent en vue du bon déroulement des audiences, attend que les autorités judiciaires partent jusqu’au bout, afin que les responsabilités de toutes les personnes impliquées soient bien établies.

« C’est dans cet esprit que la VSV demande à la haute cour militaire de tout mettre en œuvre pour inviter aux fins d’audition toutes les personnes et personnalités citées par le Major Paul Mwilambwe dont entre autres l’ancien président Joseph Kabila, le général Ponde alors auditeur général des FARDC, le bourgmestre de Limete , M. Douglas,…afin de les confronter aux différentes dépositions au major précité, et ce, avant d’organiser les audiences de plaidoirie », indique le document.

Et d’ajouter : « La VSV rappelle qu’elle est partie à ce procès pour la sécurité de tous les Défenseurs des droits humains en République Démocratique du Congo. Cette sécurité doit impérativement passer par la lutte effective contre l’impunité des crimes commis contre les Défenseurs des droits humains en rendant justice à Floribert CHEBEYA BAHIZIRE et Fidèle BAZANA EDADI ».

La rédaction