RDC/Kasaï-Central : Tracasseries de la population par les militaires rwandais à Luiza, mythe ou réalité ?

RDC/Kasaï-Central : Tracasseries de la population par les militaires rwandais à Luiza, mythe ou réalité ?

17 décembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Après les atrocités commises par la milice Kamuina Nsapu, le territoire de Luiza passe, depuis 2018, une période purement douteuse. Présentement, des interrogations sur le retour effectif du calme dans cette région du Kasaï-central, en République Démocratique du Congo, ne cessent de se poser.

Si beaucoup croient à la fin de ce mouvement insurrectionnel, les autres craignent plutôt le soulèvement éventuel causé par la présence des militaires rwandais dans cette zone post-conflit.

Par voie médiatique, plusieurs ONGs de défense des droits de l’homme, à l’instar de la CNDH et du CLP, n’ont pas cessé de dénoncer les tracasseries militaires que subit la population, surtout les transporteurs appelés communément  »Bayanda ».



Selon le Comité Local de Protection des défenseurs des droits de l’homme, plusieurs barrières sont illégalement et frauduleusement érigées par les hommes en uniforme, sous l’œil impuissant des autorités locales.

Après ces structures, c’est le Parti présidentiel Fédération rurale du Kasaï-central 2 Kazumba-Luiza, qui sort de son silence en mettant tout au vu et au su de tout le monde.

Dans sa correspondance du 12 novembre 2021 adressée au Secrétaire général du parti présidentiel, avec une copie au Président de la République, l’UDPS n’a pas hésité de dénoncer la présence exagérée des militaires rwandais qui sèment la terreur au sein de la population par de multiples tracasseries.

Par ailleurs, l’UDPS Luiza-Kazumba invite, à travers cette missive, Augustin KABUYA à s’investir pour pousser le gouvernement de la République à intervenir avant que le pire arrive.

Toutefois, le territoire de Luiza a connu des tristes événements au lendemain des exactions commises par la milice Kamuina Nsapu.

En novembre 2019, un Kadhafi (vendeur d’essence) du nom de Jacques Mpungu a été tué en pleine section par un militaire alors qu’il provenait de la frontière de Muenyambulu dans le territoire de Luiza, avec sa marchandise et une importante somme d’argent (800 USD) qui ont été extorqués.

A la frontière de Kalambambuji, un autre militaire a risqué d’ouvrir le feu sur un agent de la Direction générale de Migration, DGM, qui s’insurgeait contre sa tracasserie sur les passagers, à en croire les témoins sur place.

Tous ces actes ne laissent pas bouche bée la population de Luiza. Plusieurs voix ne cessent de crier pour exiger du Président Félix Tshisekedi l’abolition de l’ordonnance signée par son prédécesseur mettant en place le secteur opérationnel au Kasaï-central.

Jean-Claude KABINDA