RDC/EPST : Papy Mangobe, directeur national du SECOPE s’emploie au strict respect des orientations du Professeur Tony Mwaba sur le champ d’application de la gratuité

RDC/EPST : Papy Mangobe, directeur national du SECOPE s’emploie au strict respect des orientations du Professeur Tony Mwaba sur le champ d’application de la gratuité

8 novembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Déterminés à faire respecter les nouvelles directives telles que annoncées par l’arrêté du ministre de l’EPST, Christine Nepa Nepa, secrétaire général dudit ministère et Papy Mangobe, directeur national du SECOPE se mettent en branle pour que les orientations du Professeur Tony Mwaba sur le champ d’application de la gratuité de l’enseignement de base, premier résultat des assises de Mbuela Lodge a Kisantu, soient appliquées à la lettre dans toutes les provinces du pays.

À cet effet, dans sa mise au point faite ce lundi 8 novembre, Papy Mangobe rappelle d’emblée que c’est conformément à l’article 43 de la constitution que le professeur Tony MWABA KAZADI, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique a clarifié le champ d’application de la gratuité de l’enseignement en République Démocratique du Congo dans sa circulaire du lundi 1er novembre dernier.

‹‹Cette circulaire met fin à la confusion entretenue au sujet de la gratuité de l’enseignement en République Démocratique du Congo, confusion notamment à l’origine des mouvements de grève des enseignants du secondaire et parfois des manifestations de leurs élèves››, souligne t-il. Pour lui, le champ d’application n’est aucunement un rétropédalage comme certaines langues l’affirment.

À l’en croire, l’arrêté du ministre vient mettre fin à tous les débats autour de la gratuité de l’enseignement qui n’est exclusivement applicable qu’au niveau de l’enseignement primaire conformément aux lois du pays et à la vision du Chef de l’État. ‹‹La gratuité de l’enseignement ne concerne que les écoles publiques du niveau primaire, les frais scolaires de quelque nature que ce soit ne peuvent y être perçus››, renchérit-il.

Pour les écoles maternelle et secondaire, non concernées donc par la gratuité de l’enseignement, la note circulaire du 6 novembre dernier du secrétaire général de l’EPST adressée aux gouverneurs des provinces stipule que les frais à payer pour les élèves des niveaux maternel et secondaire ne peuvent être fixés qu’en présence de tous les partenaires éducatifs ‹‹aux fins de fixer le seuil et le plafond des frais scolaires à ne pas dépasser, en tenant compte des réalités locales››, disait Christine Nepa Nepa aux gouverneurs des provinces.

Outre cette disposition, le secrétariat général de l’EPST avait rappelé dans la même correspondance que les arrêtés fixant les frais scolaires pour les élèves des niveaux maternel et secondaire doivent déterminer les différentes affectations desdits frais. Aussi, il est strictement interdit aux chefs d’établissements de réunir les comités des parents de leurs écoles respectives pour fixer et percevoir d’autres frais en dehors de ceux fixés par l’arrêté des gouverneurs des provinces.

David M.