RDC/Dossier CENI : Ensemble pour la République de Moïse Katumbi s’oppose au rapport de la commission paritaire de Mbata

RDC/Dossier CENI : Ensemble pour la République de Moïse Katumbi s’oppose au rapport de la commission paritaire de Mbata

15 octobre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Une plénière est convoquée ce vendredi, 15 octobre 2021, en vue d’entériner le rapport de la commission paritaire chargée d’examiner les dossiers des candidats au nouveau bureau de la CENI.

Pour « Ensemble pour la République » de Moïse Katumbi, ce rapport est fabriqué de toutes pièces par une Commission controversée, constituée en violation des dispositions de la loi organique sur la CENI.

Pour ce parti, le Président de l’Assemblée nationale MBOSO NKODIA, faisant fi même des dispositions du règlement intérieur de de la chambre basse du parlement, a montré sa détermination à mettre sur pied une centrale électorale nationale ayant vocation d’orchestrer un nouveau cafouillage électoral dans le pays.

C’est ainsi que les députés nationaux des groupes parlementaires MS-G7 et AMK & Alliés, qui avaient dénoncé le 13 août 2021 cette commission abusivement dite mixte paritaire de l’Assemblée nationale sur la CENI, et le Parti politique Ensemble pour la République, qui avait désapprouvé par sa déclaration politique du 30 juillet 2021 la mascarade qui se mettait en place pour la désignation des animateurs de la CENI, confirment ce jour qu’ils contestent les méthodes cavalières et arbitraires du Président de l’Assemblée nationale sur ce dossier.

A propos, les députés nationaux des groupes parlementaires MS-G7 et AMK & Alliés auxquels se joint le parti politique Ensemble pour la République rappellent à cet effet n’avoir pas délégué des membres à la CENI en l’absence de consensus et du respect strict de la procédure légale garantissant l’équité et la transparence nécessaires à un processus électoral apaisé.

Par ailleurs, Ensemble pour la République, de même que les groupes parlementaires MS-G7 et AMK & Alliés, tiennent à préciser à l’attention de la communauté tant nationale qu’internationale que les tractations auxquelles leur délégation invitée à rencontrer les Chefs des institutions de la république agissant au nom et pour le compte de l’Union Sacré de la Nation en vue de la répartition des responsabilités revenant à la composante Majorité, n’ont pas abouti à un compromis jusqu’à présent, ni sur la répartition des postes, moins encore sur la désignation des personnes.

Ivan Honoré Mudiangombe