RDC/EPST- grève des enseignants : Le SYNECAT prend acte des griefs retenus contre lui par le gouvernement et reste dans la logique du dialogue social pour régler durablement la question

RDC/EPST- grève des enseignants : Le SYNECAT prend acte des griefs retenus contre lui par le gouvernement et reste dans la logique du dialogue social pour régler durablement la question

13 octobre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Dans une correspondance adressée au syndicat des enseignants des écoles conventionnées catholique, la Secrétaire Générale ai à L’EPST a signifié à ce syndicat que sa grève était illégale.

À cet effet, le comité national du synecat qui s’est réuni cet après midi indique qu’il reste dans la logique du cardinal Ambongo qui prône la poursuite du dialogue social, car pour les enseignants des écoles conventionnées catholiques, seule une solution politique peut régler durablement ce conflit de travail.

« Le gouvernement met à la charge de notre syndicat trois griefs importants, à savoir, n’avoir pas déposer sur la table du gouvernement un cahier de charge personnalisé du synecat, ne lui avoir pas déposer un préavis de grève en bonne et dû forme, n’avoir pas agit en synergie avec l’Inter-syndicale sachant que le gouvernement ne traite pas avec un seul synacat de manière isolée; par conséquent, le gouvernement fait remarquer au syndicat que sa grève est illégale et infondée et lui exige de retourner ses enseignants et affiliés sur le chemin de l’école en l’invitant à prendre part à la table des négociations », a rappelé Auguste Mulomba, secrétaire général du Synecat.

Et de poursuivre,

« À ce propos, le comité national du synacat en prend acte, dans le même registre, le synacat recommande à son tour au gouvernement de procéder à la réhabilitation des enseignants victimes de la désactivation du fichier paie des enseignants, pour le reste, le syndicat s’inscrit dans la ligne droite de son autorité morale, le cardinal Fridolin Ambongo qui prêche la poursuite du dialogue social comme source de solution durable à ce conflit de travail », a-t-il conclu.

La Rédaction