RDC/EPST_URGENT : Tony Mwaba annonce des mesures draconiennes contre les enseignants du réseau catholique face a la grève illégale et infondée décrétée par leurs syndicats sans preavis ni raisons fondées

RDC/EPST_URGENT : Tony Mwaba annonce des mesures draconiennes contre les enseignants du réseau catholique face a la grève illégale et infondée décrétée par leurs syndicats sans preavis ni raisons fondées

6 octobre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Encore Les Catholiques Et Toujours Les Catholiques

Après avoir tenté en vin d’inviter les enseignants à la grève dans certaines écoles catholiques, la rentrée scolaire est effective en RDC depuis le 4 octobre 2021.

Cette réussite semble ne pas faire pas du tout plaisir aux princes de l’église catholique qui tiennent absolument à paralyser cette année scolaire. Pour des raisons qui n’ont rien avoir avec les intérêts des enseignants.

Les esprits avertis lient cette position de catholique à la crise qui secoue les confessions religieuses sur la désignation du président de la centrale électorale!

On observe la mobilisation de certains cadres de l’administration qui n’ont aucun rapport avec les enseignants ni les écoles, dotés des moyens financiers pour perturber l’année scolaire.

Malgré les efforts du gouvernement et le paiement d’une somme de 40.000 fc à tous les enseignants, geste saluée par presque tous les enseignants de l’arrière pays, qui représentent la majorité des enseignants dont l’effectif est situé entre 600 et 900.000.  Cette ajout intervient alors que le budget 2021 est en cours d’exécution pendant que toutes les préoccupations des enseignants sont prises en compte dans le budget 2022.

Répondant aux questions de la rédaction du grandjournalcd.net, le Ministre de l’enseignement primaire secondaire et technique, le professeur Tony Mwaba Kazadi a déploré cette façon de faire du réseau catholique qui tient à empêcher la bonne marche de cette année année scolaire et cela même en complicité avec les ennemis de la gratuité et défenseurs de certains intérêts politiques.

« Si les enseignants dans leurs organisations syndicales étaient de bonne foi, je ne vais pas dire sérieux parce-qu’ils peuvent considérer que c’est une injure, mais si seulement ils étaient de bonne foi, ils ne peuvent pas tenter de décréter une grève, parce-que nous nous sommes lancés déjà sur une bonne voix. Et les choses, bien qu’à pas pesants, mais elles sont entrain d’évoluer  » a déclaré Tony Mwaba.

Pour le patron de l’EPST en RDC, l’idée d’heurter la réussite de cette année scolaire émane des ennemis de la gratuité de l’enseignement prônée par le chef de l’État et ne relève pas de l’intérêt supérieur de l’enseignant congolais. L’occasion pour lui, de dévoiler les informations qu’ignore la majorité de ces professionnels de la craie blanche.

« Je crois que la majorité d’enseignants congolais et particulièrement ceux de l’intérieur du pays n’ont pas assez d’informations, il ne savent même pas que le gouvernement leur a octroyé 40.000 FC qu’ils auront dès la fin de ce mois d’octobre. Il nous faut leur livrer toutes les informations pour qu’ils comprennent que ceux qui les poussent à grever pour neutraliser l’élan de cette nouvelle année scolaire ne le font pas pour l’intérêt des enseignants. C’est pour des intérêts étrangers aux intérêts des enseignants. Je peux même dire les intérêts politiques » a relevé le ministre national de l’EPST.

Par conséquent, le Professeur Tony Mwaba Kazadi annonce des mesures draconiennes dans les prochains jours contre les enseignants qui ont choisi d’observer ce mouvement de grève illegale et infondée décrétée par les syndicats du réseau catholique sans préavis ni raisons fondées tous les enseignants, à cet effet, l’instruction a été donnée au SECOPE pour faire le contrôle avec les inspecteurs tout grèviste soit immédiatement désactivé et automatiquement remplacé par un enseignant nouvelle unité car le salaire appartient au poste et non à un individu, il a par ailleurs annoncé que dans ces conditions, la commission paritaire est suspendue jusqu’à la fin de la prétendue grève.

Et d’ajouter,

« L’État congolais sera dans l’obligation de retirer toutes les écoles conventionnées et les remettre entre le mains de l’État pour permettre aux enfants congolais d’étudier sans pression ni interférences politiques ».

À en croire le numéro un de l’EPST, face à cette attitude des princes de l’église qui manipulent les enseignants à l’aide des menaces,  les mesures ci- après sont attendues :

1. La grève décrétée par les syndicats catholique est une grève de trop, illégale et infondée.
Illégale parce que décrétée sans respecter la procédure,  ni préavis. Une grève sans raison, car les discussions se poursuivent dans la commission paritaire au moment où le gouvernement vient se faire un geste salué par beaucoup d’enseignants.

2. La suspension définitive de la commission paritaire gouvernement-banc syndical.  On ne peut pas logiquement aller en grève pendant les négociations. Les raisons de cette grève sont ailleurs. Et les élèves ne peuvent pas souffrir des caprices des personnes qui profitent de la rentrée pour régler les comptes politiques à leurs adversaires sur les dos des enfants.

3. Le ministre de l’EPST n’a pas le droit de solliciter l’audience pour une discussion entre les faux syndicalistes manipulés par les ennemis de la gratuité et le Président de la République, comme ils le souhaitent !

« Le Président n’est pas leur ami ! », précise t-il.

4. Le contrôle de présence et la désactivation des salaires de tous les enseignants grévistes illégaux et leur remplacement par les NU ou des nouvelles recrues

5. La possibilité pour l’État de récupérer la gestion directe de toutes ses écoles publiques gérées par les catholiques. L’éducation c’est le monopole de l’État. L’occasion est arrivée pour que ce dernier reprenne ses responsabilités.

La Rédaction