RDC/Tractations au tour de l’état de siège : le professeur Kavarios appelle les communautés de l’ituri à se rapprocher du gouverneur militaire

RDC/Tractations au tour de l’état de siège : le professeur Kavarios appelle les communautés de l’ituri à se rapprocher du gouverneur militaire

23 septembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Plus de 4 mois depuis la déclaration de l’état de siège dans les provinces de l’ituri et du Nord-Kivu par le président de la République pour mettre fin à l’activisme de groupes armés qui ont élu domicile dans ces deux provinces depuis des années, en Ituri de voix se lèvent déjà pour contester ce régime exceptionnel, qui pour certains a failli à sa mission.

La récente déclaration est celle faite par l’union des associations culturelles pour le développement de l’ituri(UNADI), une structure regroupant les 21 communautés que compte cette province, qui s’est dite déçue par ce régime de militaire, qui selon elle devrait au plus vite possible mettre fin à l’insécurité dans cette province.

Réagissant à ce propos, le professeur Pascal Dudanga Kavarios, cadre politique de l’ituri et membre de la notabilité Bira pense que la situation sécuritaire de l’ituri nécessite l’apport de tous. C’est pourquoi, ce dernier préconise un cadre de concertation entre les deux parties (gouvernement provincial et l’UNADI), afin de mettre les idées ensemble pour la sortie de crise.

« Nous assistons depuis un certain temps à de divergences non nationalistes en travers les adresses radios diffusées et le post dans les réseaux sociaux de déclarations incessantes entre les autorités de l’état de siège affectées en Ituri et l’Unadi. Ces divergences laissent se voir clairement le besoins d’entrevoir un cadre de conciliation des attentes entre ces deux tendances dont les contradictions sont injustifiées car toutes ces tendances militent pour la paix en Ituri » a-t-il martelé.

Professeur Dudanga Kavarios a tout de même appelé les ituriens à soutenir les forces armées engagées à rétablir la paix dans cette province déchirées par les groupes armés depuis des années.

David Byaruhanga