RDC : Tohu-bohu au Lualaba, Papy Tamba accuse Kinshasa ( Tribune )

RDC : Tohu-bohu au Lualaba, Papy Tamba accuse Kinshasa ( Tribune )

23 septembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Dans sa mission pédagogique et sa participation à la construction de la démocratie, Grandjournalcd.net donne la parole aux scientifiques, acteurs de la société civile et autres experts pour commenter et surtout expliquer l’actualité.

Depuis certains moments, la province du Lualaba est secouée par quelque véhémence politique. Les observateurs politiques y tablent pour en remédier la situation.

La rédaction vous propose cette tribune de Papy Tamba, un des fervent défenseur des Droits dr l’homme.

J’accuse Kinshasa

Kinshasa compris ici comme étant le siège des institutions nationales.
Son immixtion dans la gestion des provinces, notamment celle du Lualaba, trahit; tant l’esprit que le prescrit de notre constitution.

Depuis que cette province a repris son statut, elle n’a jamais été secouée par Kinshasa, comme elle l’est devenue depuis 2020. C’est inimaginable ce qu’elle subit. Tout – ou presque – est désormais dicté par et de Kinshasa. Ce n’est qu’en m’exprimant avec modération et retenue que je pourrais qualifier tout ceci de scandale. Pire qu’un scandale, c’est un crime que les congolais ne doivent pas accepter.

Le pouvoir constituant originaire, en mettant en place notre constitution, avait délimité clairement le pouvoir de Kinshasa sur les provinces. Tout cela n’est plus observé aujourd’hui. Il suffirait que quelqu’un gravite autour des hautes autorités pour se donner des prétentions. Cela pousse certains gouverneurs à chercher parrains à Kinshasa, au grand dam des projets de développement de la province. Je vous laisse imaginer le coût de ces parrains. Ils organisent tout, s’invitent dans les marchés publics en imposant des entrepreneurs pour l’exécution de tel ou tel marché.

Le malheur, dans cet état des faits est que les gouverneurs des provinces sont devenus des suppôts de certains bronzes du pouvoir. Ils reçoivent des ordres et des orientations, souvent même ignorés du Chef de l’Etat.

Parlons du cas Richard Muyej Mangez Mans

Convoqué à Kinshasa pour des raisons qui restent encore à déterminer, il a été autorisé à se rendre en Afrique du sud pour raisons des soins et il y a passé plus de 4 mois. En tant que représentant du Chef de l’Etat, il nous est impossible d’imaginer que ce dernier n’ait pas donné son accord. Mais contre toute attente, alors qu’il était encore sur le lit de l’hôpital, un bronze du pouvoir lui rendra une visite surprise, en lui enjoignant de démissionner. Sincèrement, je refuse de croire que le Chef de l’Etat soit le mandant d’un tel acte. C’est abject, inhumain et sale, cette manière d’enjoindre à quelqu’un de démissionner, en étant dans un état de santé critique. Que visait ce monsieur ?

Si les gens ne sont pas prudents, si les lualabais se laissent aussi manipuler, l’avenir de cette province risque de connaitre un grand frein à son développement. Ceux qui gèrent la province en l’absence de Richard Muyej ne sauraient nous donner la note des dépenses effectuées pour se maintenir à sa tête. Leurs consciences seraient dérangées. Mais que gagnent-ils ?

L’exercice du pouvoir politique qui donne des avantages à un groupe au détriment de la population est contre-productif. Il réserve plutôt le châtiment à ceux qui s’y heurte par pur égoïsme.

Vu sous cet angle, il y a vraiment urgence d’en appeler aux bonnes consciences le retour à la concorde à l’unité provinciale, loin des braillards de Kinshasa qui cherchent visiblement à vendre la province. Le Lualaba n’a pas été démembré pour servir les intérêts de ceux qui veulent le prendre comme leur réservoir. Que vive le retour à la légalité, la parole est aux juges.

L’archange Papy TAMBA !

Le Papy le plus célèbre de la RDC