RDC : Patrick Muyaya exige des enquêtes après l’interpellation brutale du journaliste Patient Ligodi par des policiers

RDC : Patrick Muyaya exige des enquêtes après l’interpellation brutale du journaliste Patient Ligodi par des policiers

15 septembre 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Le ministre de la communication et des médias, Patrick Muyaya condamne avec la dernière énergie la bavure policière dont ont été victimes ce mercredi 15 septembre, quelques journalistes de Kinshasa, dont le correspondant de Radio France International et patron des sites d’informations, Patient Ligodi.

D’un ton ferme après une réunion qui l’a ténu en urgence avec le commissaire supérieur principal et porte-parole de la police, Pierrot Muanamputu, Patrick Muyaya exige des enquêtes immédiates.

« Nous condamnons fermement ces bavures policières. Nous avons exigé que les enquêtes immédiates se poursuivent pour identifier les policiers qui sont à la base de cette situation et ils seront sanctionnés » a déclaré Patrick Muyaya.

Et d’ajouter, « nous continuons de suivre de près. J’ai discuté avec Patient Ligodi qui a été libéré et qui a reçu les biens qui lui ont été pris. Et nous tenons à rappeler que la sécurité de journalistes est une préoccupation majeure pour nous ».

Rappelons que le journaliste Patient Ligodi a été copieusement brutalisé par des policiers dans le district de la Tshangu pendant l’exercice de son métier, la couverture de marche de la coalition Lamuka.

Intercalé par la police, frustré, tabassé, puis conduit dans un véhicule de la police numéroté 35, avant d’être relâché.

« c’est avec brutalité que Patient a été jeté dans la Jeep. Après l’avoir tabassé, ils ( ndlr, les policiers) par terre, sur le macadam. Les policiers l’ont mis sous les sièges. C’est la Jeep numéro 35, j’ai vu » a témoigné un journaliste qui s’est sauvé de justesse.

Rappelons que c’est une violence inouïe dont ont fait montre les policiers dépêchés dans le district de Tshangu pour réprimer cette manifestation politique.

Dans la foulée, plusieurs journalistes ont été violentés par les agents de l’ordre et leurs biens ravis.

Dan de Dieu KAYANDA