RDC/Etat de siège : Sama Lukonde et les deux gouverneurs militaires font le point sur la situation sécuritaire

RDC/Etat de siège : Sama Lukonde et les deux gouverneurs militaires font le point sur la situation sécuritaire

17 août 2021 0 Par Grandjournalcd.net

En séjour à Kinshasa, les gouverneurs millitaires du Nord-Kivu et de l’ituri ont été reçu ce mardi 17 août par le Premier ministre Sama Lukonde, l’occasion pour ces personnalités de tabler sur la sécuritaire ainsi que la situation de Covid-19 dans ces parties du pays.

Constant Ndima, gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu a à cette occasion soumis au chef du gouvernement les différentes doléances de sa province.

« (…) Nous avons échangé avec son Excellence Monsieur le Premier Ministre des questions liées aux opérations. Et aussi en tant que Gouverneur de province, nous avons échangé sur le quotidien de notre province. Sur le plan des opérations, nous lui avons dit que les opérations sont en cours et se poursuivent. Et pour la population, nous avons remercié son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, de son appui. Parce que notre province venait de connaître la contamination plus accrue après Kinshasa. Nous l’avons félicité et remercié sincèrement pour son appui à la lutte contre la 3ème vague de la Covid-19 », a déclaré Constant Ndima.

Saluant l’attention portée par le Premier ministre quant à ces doléances, ce dernier a également affirmé que le chef du gouvernement s’est engagé à faire le nécessaire pour l’évacuation des produits agricoles d’exportation bloqués dans la province.

S’agissant de la question liée à l’État de siège, le gouverneur militaire Constant Ndima a noté l’engagement du gouvernement et de la population dans l’objectif de mettre fin à ce cycle de violence.

« L’état de siège a quand même trop duré. Nous comprenons leur souci. Parce qu’il y a un cycle de violence. Les gens, pendant le déclenchement de l’état de siège, voulaient à tout prix que ce soit (fini, NDLR) tout de suite. Mais nous leur disons que c’est une guerre. Et que le processus se poursuit normalement avec les opérations. Il y a un grand changement. Il n’y a que les plus sceptiques qui ne peuvent pas voir cela. En deux mois, nous avons quand même un résultat. Ce n’est pas encore assez. Mais nous sommes en train de nous efforcer ensemble avec notre Gouvernement et aussi notre population pour qu’on arrive une fois pour toutes, à mettre fin à ce cycle de violence », a-t-il conclu.

OML