RDC/Insécurité à l’Est : Plus de 103 cas de tueries en masse enregistrés à Béni depuis la proclamation de l’état de siège

RDC/Insécurité à l’Est : Plus de 103 cas de tueries en masse enregistrés à Béni depuis la proclamation de l’état de siège

11 août 2021 0 Par Grandjournalcd.net

L’Association Africaine de Défense des Droits de l’Homme (ASADHO), révèle que la situation sécuritaire ne s’est pas encore améliorée 3 mois après l’instauration de l’état de siége.

Dans un communiqué parvenu à Grandjournalcd.net, la section de l’Asadho/Beni, s’inquiéte du fait que malgré les efforts non négligeables des autorités de l’état de siège et ceux de tous les services de sécurité qui ont permis que les armes et minutions soient recupérées lors des bouclages dans la ville, les arrestations des certains collaborateurs des ADF ainsi que des militaires à séjour irrégulier dans la ville de Beni, la neutralisation de quelques ADF et les rendus soient possibles, on continue a enregistrer une augmentation des cas de violation des Droits Humains.

En effet, en dépit des efforts et des moyens mis à la disposition des opérations militaires pour neutraliser les ADF et autres groupes armés qui tuent et insécurisent la paisible population, l’ASADHO constate que les populations de Beni ville et Beni Tenitoire demeurent victimes de plusieurs atrocités et abus commis contre elles dont les auteurs sont soit les combattants présumés ADF, soit les agents des services de sécurité étatiques, soit encore des hommes armés fusils et d’armes blanches non autrement ideutities.

C’est ainsi, au cours de ces trois mois, elle a documenté 103 cas de tueries à masse seulement dans la ville et le territoire de Beni, 8 cas d’assassinats, 3 cas des corps sans vie, 38 cas de vols à mains armées, 4 cas d’explosions des bombes artisanales, 29 cas d’enlèvements, 4 cas d’incendies des véhicules et autres atrocités.

D’après cette organisation, cette situation d’insécurité impacte négativement sur la vie des populations avec plusieurs conséquences sur le plan humanitaire, social et économique.

A cet effet, l’ASADHO recommande au commandement des opérations Sokala 1, de redéfinir les stratégies de combat qui pourraient permettre d’étre au dessus des groupes armés et imposer la sécurité et l’autorité de l’Etat et d’instruire les militaires commis à des Check-points de ne s’occuper que de la sécurité au lieu de s’investir dans les perceptions illicites de l’argent auprès tre usagers de la route en vue d’éviter l’infiltration des ennenmis au niveau des différentes barrières.

Au Président de l’Assemblée nationale, d’adopter une loi portant mesures d’accompagnement de l’état de siège pour déterminer qui fait quoi, comment et où, dans laquelle il faudra définir certaines clauses permettront à la population de bénéficier de certains avantages liés à l’état de siège.

Et à la population, cette structure de défense des droits humains, l’invite de continuer á accompagner les autorités et l’amée dans la quête de la paix en ville et territoire de Beni.

Ivan Honoré Mudiangombe