Agriculture : La RDC a désormais une Politique Nationale Bambou (PNB), une arme pour protéger l’environnement du pays

Agriculture : La RDC a désormais une Politique Nationale Bambou (PNB), une arme pour protéger l’environnement du pays

11 août 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Face aux défis environnements que la RD Congo doit faire face en ce qui concerne le réchauffement climatique en particulier et d’autres impératifs liés à l’utilisation du bambou et au développement coordonné de sa culture, le Gouvernement congolais à travers le Ministère de l’Agriculture, appuyé par la FAO, a procédé à l’appropriation officielle de cette politique par le Ministère de l’Agriculture pour sa mise en œuvre effective.

La cérémonie de cette appropriation a eu lieu ce mardi 10 Août à Béatrice Hôtel à Kinshasa

Ce document de politique qu’est la PNB est destiné à aider le Gouvernement congolais à orienter les parties prenantes de la filière bambou dans leurs actions en faveur du développement de cette culture et de sa transformation.

Il vise donc à améliorer le cadre institutionnel de cette culture sur l’ensemble du territoire national.

Pour la FAO, partenaire du Ministère de l’Agriculture durant tous les processus ayant abouti à la mise en place de cette politique, elle poursuit un but majeur à savoir « promouvoir un développement inclusif et vert à travers la culture du bambou ».

Cet objectif demeure encore d’actualité d’autant plus qu’au niveau global, la pauvreté, le changement climatique, l’utilisation non durable des ressources, et la dégradation des écosystèmes constituent des graves menaces qui pèsent sur le bien-être humain et sur son environnement, menaces que la culture du bambou peut combattre.

En conclusion, le Gouvernement Congolais compte faire du développement de la culture du bambou un outil de développement par excellence dont la vision lointaine sera de contribuer au développement d’une économie verte au bénéfice du développement économique et social de la RD Congo.

La politique nationale bambou permettra en outre au Ministère de l’Agriculture en particulier et à d’autres ministères sectoriels de la filière bambou en général de s’insérer dans l’élaboration des futurs budgets du pays.

Ivan Honoré Mudiangombe