RDC/Ituri : Fabrice Puela déplore l’état de délabrement très avancé de la prison centrale de Bunia

RDC/Ituri : Fabrice Puela déplore l’état de délabrement très avancé de la prison centrale de Bunia

29 juillet 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Le Ministre congolais des Droits humains Albert-Fabrice Puela séjourne à Bunia, en Ituri depuis mercredi 28 juillet dernier, où une fois arrivé, il a eu un échange sur les questions sécuritaires liées au conflit entre les Hema et les Lendu dans les territoires de Djugu, Irumu, Mahagi, avec les autorités locales.

Le vice-gouverneur qui est un officier de police a notamment expliqué combien est « compliqué la gestion de cette situation car les sources du conflit ne sont jamais connues », chacune de deux communautés s’accusant mutuellement.

A la Prison centrale de Bunia, Fabrice Pwela a constaté que celle-ci souffre d’une surpopulation carcérale singulière, avec une promiscuité accrue entre autres, par la traque des groupes armés et les conflits communautaires qui entraînent une affluence des incarcérés vers ce centre pénitentiaire.

« Je suis très triste des réalités trouvées ici… On dirait que plus nous visitons les prisons, plus la situation se dégrade. A la prison de Munzenze (à Goma, ndlr) je disais que je venais de vivre les conditions carcérales les plus innacceptables. En arrivant ici, je constate que c’est encore mieux à Munzenze (…) Nous avons un mea culpa à faire parce qu’on a accusé un certain retard dans l’approvisionnement de cette prison. Mais aussi il est important de savoir que la gestion pénitentiaire relève à la fois du gouvernement central que du gouvernement provincial. En suivant les uns et les autres, apparemment la province a oublié qu’elle a également une responsabilité dans la gestion des pensionnaires… », regrette-t-il.

Passant enfin une des orientations du président Félix Tshisekedi, le Ministre des droits humains a rappelé que « l’état de siège ne doit pas être un alibi pour violer les droits humains.

« Nous soutenons les autorités qui président à la destinée de cette province de l’Ituri pour sa pacification, car le chef de l’État insiste, ces autorités ont l’obligation des résultats, parce qu’il est impérieux de pacifier la République » a-t-il laissé entendre.

Sur place à Bunia, il va présider atelier de renforcement des capacités de militaires et policiers en matière des droits humains.

En outre, une réunion avec la mission onusienne (Monusco) et la société civile locale est programmée avec pour objet, la recherche des solutions efficaces pour mettre fin aux conflits communautaires.

Rédaction