RDC/EPST : ce que les gens ne disent pas sur l’impact de la gratuité de l’enseignement de base à Kinshasa

RDC/EPST : ce que les gens ne disent pas sur l’impact de la gratuité de l’enseignement de base à Kinshasa

19 juillet 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo est aussi, comme les 25 autres provinces, bénéficiaire de la gratuité de l’enseignement de base prônée par le Chef de l’État congolais Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. À travers la capitale, c’est plusieurs milliers d’enfants, jadis non scolarisés, qui ont repris le chemin de l’école.

Alors que cette disposition constitutionnelle souffrait depuis plusieurs années à être mise en place, l’avènement de Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO à la tête du pays a déclanché ce processus qui suscite actuellement l’adhésion de toutes les Congolaises et Congolais.

À ce jour à la tête du ministère sensé matérialiser cette cause Souveraine et si noble, le professeur Tony Mwaba Kazadi commande la stratégie nationale de la gratuité de l’enseignement primaire malgré l’insécurité sur une partie du territoire national et les difficultés économiques auxquelles le pays fait face actuellement.

Après la régularisation de la paie de tous les enseignants NU de la maternelle, le déclanchement de la prise en charge progressive des enseignants nouvelles unités à Kinshasa, mesure qui va bientôt commencer en provinces, le ministère de l’EPST va entamer, avec les moyens de bord, à organiser des mises en retraite digne pour des enseignants qui servent la Nation depuis plusieurs décennies. Pour les cinq prochaines années, 87.000 enseignants vont aller en retraite à raison de 1.500 enseignants par mois dès le moi de juillet 2021 avec à la clé, la prise en charge des NU qui remplaceront les retraités.

Des réformes en cours parmi lesquelles la redynamisation du SECOPÉ, et autres envisagées, en passant par la formation des enseignants et la dotation régulière des frais de fonctionnement aux écoles, la gratuité de l’enseignement de base à Kinshasa est une réalité qui diminue considérablement les charges des ménages, le nombre d’enfants de la rue, les vols, les viols et les grossest précoces, ainsi que plusieurs autres choses auxquelles les enfants étaient exposés lorsqu’ils n’étaient pas à l’école.

David MWANIA