RDC/affaire spoliation de la concession Belge : les éclairages de Mr Dumoulin sur les allégations de MONGA & KALABO

RDC/affaire spoliation de la concession Belge : les éclairages de Mr Dumoulin sur les allégations de MONGA & KALABO

12 juillet 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Alors qu’ils sont accusé d’être trempés dans l’escroquerie et mis à nu dans l’affaire spoliation d’une concession belge située au numéro 120 de l’avenue Kilela Balanda dans la ville de Lubumbashi, en province du Haut-Katanga.

L’ancien responsable de la FEC( Eric Monga et le Pasteur Jacques Kabalo persistent dans les mensonges et essayent d’endormir l’opinion . Pire encore ils défient la justice alors qu’un travail de titan se fait pour redresser l’appareil judiciaire de la RDC .
ces personnes mal intentionnées foulent au pied tous ces effort du chef de L’État et continuent à se considérer malgré tout comme des intouchables comme se fut le cas avec l’ancien régime .
Pourquoi Mr DUMOULIN attaque t- il MONGA et KALABO ?

  • 1998 : Monsieur Kabalo se basant sur sa procuration en substitution vend l’immeuble situé au N°120, avenue Kilela Balanda à un certain Ferdinand Mutanda en vertu d’un acte de vente conclu avec madame Spiraels Christiane qui n’était plus propriétaire depuis 1991 et de monsieur Dumoulin qui n’était pas au courant de la procuration donnée à Mr Kabalo par Manrique, une personne qu’il n’a jamais vue ni connue.

NB : cette transaction se passe à l’insu du vrai propriétaire donc Monsieur Andre Marie Dumoulin.

  • Eric MONGA MUMBA est attaqué parce qu’il est liquidateur de la succession de son père et il est le vendeur de l’immeuble selon l’acte transactionnel de 2006.

Ci-dessus la réponse de Mr Mr André DUMOULIN

« En réponse à vos élucubrations, voici ma réaction :
Commencer par publier la photo correcte de l’immeuble et de l’avenue Kilela Balanda, pas une photo qui n’a rien avoir avec les faits, ceci sera un début de sincérité.
Il n’y a pas diffamation parce que les faits vous les avez reconnus mais relater à votre manière mensongère.

Les faits sont tirés de la compilation de tous les dossiers du parquet et des Titres immobiliers Lubumbashi Ouest en leur possession, et il vous encourage de saisir le tribunal pour diffamation, ça va l’aider dans le processus de récupération de son bien immobilier.

admettez que votre père de son vivant et après sa mort, vous avez été locataire dans cette maison de 1972 jusqu’en 2018. Immeuble que vous avez vendu.

Une action en stellionat devant le Tribunal de Grande Instance de Lubumbashi sera aussi déclenchée contre Mr MONGA et tous les copropriétaires se trouvant sur le certificat établi 2018, dans les jours qui suivent.
Accepter que c’est en 1975 que la promesse de vente avait été signée et les clauses sont claires. Pouvez-vous produire un acte de vente qui sanctionne la vente entre le vrai propriétaire et vous ? Vous n’en avez pas parce que votre père dont nous respectons la mémoire a fait le malin, raison pour laquelle en 1991, cette maison a été revendue à un prêtre et face à votre refus de libérer, je lui a retourné la totalité de son argent et le litige a continué ;
Pour votre rappel de 1975 jusqu’en 2018, vous devez des arrières des loyers pour cette maison, parce que la promesse de vente qui n’est pas un compromis de vente ne vous aviez pas épargné de payer le loyer de toutes ces années.
La guerre avait eu lieu à Kolwezi et non à Lubumbashi mais votre père n’avait jamais pris soin de payer les loyers et respecter les clauses de cette promesse de vente, pourtant il pouvait bien le faire, ceci se résume par (la mauvaise foi et l’esprit de spoliation, parce que pour lui le belge était parti, pour ne plus revenir .
La vente à tempérament n’est pas à confondre avec une promesse de vente. vous devez bien lire cette promesse de vente.
Vous avez déclaré que les 5 pourcents selon vous étaient impayés par votre père parce qu’il y avait guerre, tout d’un coup vous avez eu le droit de devenir propriétaire. Je vous rappelle que jusqu’à ce jour je ne vous ai jamais transmis ses droits de propriété et qu’il n’y a jamais eu vente.
Tout compromis est toujours sanctionné par un acte soit sous-seing privé ou soit notarié, il vous autorise de le publier ainsi que les décisions judicaires que vous vantez tant.
En 2006, bien qu’un compromis ait été trouvé selon vous, mais lorsque vous avez voulu mettre fin au conflit entre vous et Ferdinand MUTANDA, un autre acheteur qui avait été créé par le Pasteur KALABO, subitement DUMOULIN et FLOREL MARIE SPITAELS réapparaissent pour conclure avec vous, malheureusement vous avez utilisé une procuration spéciale en substitution de 1995 qui n’est pas connue par le vrai propriétaire, soyez intelligents lorsque vous mentez !
Ne vous en faites pas, moi André Marie DUMOULIN est bel et bien vivant et toutes les batteries sont déjà mises en marche pour que je sois rétablie dans mes droits

Cette réponse vaut pour Mr Eric MONGA et la Succession MONGA KATANGA.

Si vous êtes avertis, suivez attentivement le discours du chef de l’état à Goma, vous allez comprendre quelque chose.

Coup de Chapeau au chef de l’état Felix TSHISEKEDI pour l’état de droit qui vient mettre fin au règne des intouchables !

La vérité est têtue, si vous êtes habitués à manipuler la justice, cette fois-ci, ça ne marchera pas.
A bon entendeur, salut !  » a conclut André Marie DUMOULIN.

La Rédaction