RDC-3ème vague Covid-19 : voici les 19 mesures exécutoires adoptées en Conseil des Ministres

RDC-3ème vague Covid-19 : voici les 19 mesures exécutoires adoptées en Conseil des Ministres

19 juin 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Lors du conseil des ministres tenu vendredi 18 juin sous la présidence du Chef de l’État Félix Tshisekedi et l’assistance du Premier Ministre Sama Lukonde, il a été adopté 19 mesures exécutoires contre le Coronavirus dans sa troisième vague en République Démocratique du Congo.

Les voici reprises in extenso ci-dessous :

1) Le port obligatoire et correct des masques dans tous les espaces publics, notamment les lieux de travail, les écoles, les lieux de culte, les commerces, les banques, les lieux de déroulement des activités sportives, les universités, les hôpitaux, les transports publics, les restaurants, les établissements d’hébergement et tous les édifices publics.
Il s’agit d’un masque sans ventilation, fabriqué en tissu ou en matériau jetable, qui s’ajuste étroitement sur le visage, couvre le nez, la bouche et le menton, destiné à empêcher la contamination par une proximité ou contact entre personnes. Les accessoires en tissu de type : bandanas, écharpes ou foulards
ne peuvent plus être assimilées à des alternatives au
masque ;

2) Le renforcement des dispositifs de contrôle et de prévention à chaque entrée d’un édifice public impliquant la prise de la température corporelle, le lavage des mains à l’eau et au savon et/ou l’application des gels hydro-alcooliques ;

3) Le strict respect de la distanciation physique en tout lieu ;

4) Pour tout accès au territoire national, l’obligation au voyageur de présenter, à la frontière, une attestation médicale du test COVID-19 PCR COVID-19 négatif réalisé moins de 72 heures dans le pays d’origine ou de provenance ;

5) Pour tout accès sur le territoire national, le voyageur doit être soumis au test PCR COVID-19 négatif et/ou Antigénique, réalisé par les agents de l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) ou d’une formation médicale dûment agréée par le Ministre ayant la Santé Publique, Hygiène et Prévention dans ses attributions ;

6) Pour toute sortie du territoire national, l’obligation au voyageur, de nationalité congolaise ou étrangère, résidant ou ayant séjourné en République Démocratique du Congo, de présenter une attestation médicale confirmant le résultat PCR COVID-19 négatif réalisé moins de 72 heures avant le voyage par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) ou dans toute autre formation médicale dûment agréée par le Ministre ayant la Santé publique, Hygiène et Prévention dans ses attributions ;

7) Pour tout déplacement interprovincial, l’obligation au voyageur de détenir une
attestation médicale confirmant le résultat PCR COVID-19 négatif établi par l’Institut National de Recherche Biomédicale (INRB) ou par toute autre
formation médicale dûment agréée par le Ministre ayant la Santé publique, Hygiène et Prévention dans ses attributions, dans les 72 heures avant le départ. La validité du test en provinces est de 14 jours ;

8) Le maintien du couvre-feu de 22H00 à 04H00 du matin. Des patrouilles mixtes, de la Police et de la Police militaire, seront régulières et tout contrevenant sera sévèrement puni selon les prescrits de la loi. Le couvre-feu n’est pas en vigueur dans les Provinces et ou les villes actuellement n’ayant pas déclaré plus de 20 cas de COVID-19 ;

9) Les usagers des transports en commun, à l’exception des enfants jusqu’à l’âge de 6 ans accomplis, sont tenus de se couvrir la bouche et le nez en portant un masque. Dans les transports publics, seuls 50% de la capacité d’accueil seront tolérés. Tous les passagers devront être assis, s’il s’agit de bus ou autocars. Les mototaxis ne sont autorisées à ne prendre qu’un seul passager ;

10) Afin de limiter le plus possible les contacts physiques entre les personnes, il est interdit tout rassemblement, réunion, célébration, de plus de 20 personnes sur les lieux publics ;

11) La vente sur la voie publique est strictement interdite. Les vendeurs sont obligés de gagner l’intérieur des marchés. A l’intérieur des marchés publics, l’entrée est subordonnée à la prise de la température corporelle, au lavage des mains à l’eau et au savon et au port obligatoire et correct du masque ;

12) Les manifestations publiques (réunions, célébrations mariages, réceptions après funérailles, anniversaires, etc.) se déroulant dans un espace extérieur
privé clos ne devront pas excéder plus de 20 personnes ;

13) Il est interdit les veillées mortuaires dans les funérariums et ou à domicile. Les dépouilles mortelles seront directement conduites de la morgue au lieu d’inhumation avec un nombre d’accompagnateurs n’excédant pas cinquante (50) personnes ;

14) L’Administration publique, les entreprises publiques ainsi que privées demeurent ouvertes à 50% de leur capacité d’accueil. Obligation est faite à tous les employeurs à faire preuve d’une gestion efficiente du personnel et le recours le cas échéant au travail à distance ou télétravail ;

15) Les universités et les milieux scolaires demeurent ouverts avec le
renforcement du strict respect des gestes barrières tel que repris au point 2. Tandis que les églises sont astreintes à réduire le nombre des participants à 50% de leur capacité d’accueil lors des cultes et à respecter les mesures barrières, ainsi que la distanciation sociale ;

16) Tous les bars, terrasses, discothèques et boites de nuits restent fermés. Cependant, les restaurants sont autorisés à fonctionner jusqu’à 21h00 à une capacité d’accueil ne dépassant pas 50 % ;

17) L’obligation de se faire tester régulièrement devant toute toux associée ou non à la fièvre pour toutes les personnes à risque ou les plus exposés à l’aide des tests rapides à savoir : les professionnels de santé, le personnel enseignant, les agents et cadres des entreprises publiques et privées et/ou toute autre personne exerçant une activité nécessitant de nombreux contacts ;

18) La Police Nationale Congolaise, les Services de sécurité ainsi que les Services œuvrant aux frontières, en l’occurrence la Direction Générale de Migration et le Programme National de l’Hygiène aux Frontières, sont tenus de veiller au respect strict de présentes dispositions ;

19) Tout contrevenant sera soumis à des sanctions administratives infligées par l’Autorité administrative du ressort.

 » Le Conseil des Ministres a adopté ces mesures et a chargé les Ministres sectoriels ainsi que les Gouverneurs des Provinces de leur application », signifie le compte rendu du conseil des ministres.

DN