Déconcerté par des manifestations publiques prévues demain à Durba, le Chef de Secteur de Kibali Dieudonné Surur désavoue Loda et la Synergie des Sociétés Civiles!

Déconcerté par des manifestations publiques prévues demain à Durba, le Chef de Secteur de Kibali Dieudonné Surur désavoue Loda et la Synergie des Sociétés Civiles!

23 mai 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Dans un communiqué sans complaisance rendu public ce dimanche 23 mai 2021 par le Secteur de Kibali, Territoire de Watsa, Province de Haut-Uélé, Monsieur Dieudonné Surur est monté sur ses quatre chevaux pour fustiger le comportement incivique et déstabilisateur de certains pretendus activistes de la Société Civile, dont la bande à Mme Loda, qui fait rédiger toutes sortes d’inepties qui lui passent par la tête, qui opère en marge de la loi fondamentale, la Constitution de la République Démocratique du Congo. Elle est présentée par ses collègues de la société civile comme étant moins instruite et sans maîtrise, ni du français, ni de la procédure en pareilles circonstances. C’est elle qui serait en train de mobiliser des activistes d’un autre genre pour imposer trois jours de ville morte dans la Cité de Durba, Secteur Kibali. Ce qui frustre et énerve le Chef de Secteur et Chef Coutumier, Monsieur Dieudonné Surur qui ne comprend pas pourquoi ces pêcheurs en eaux troubles ne comprennent pas que l’heure est à la paix et la construction du coin, et qu’avec la la crise sanitaire dûe à la pandémie du siècle Covid-19, ayant entraîné la perturbation du calendrier scolaire et académique, il ne faut pas imposer aux enfants et étudiants de Durba un autre retard. On reconnait la valeur qu’elle accorde à la scolarité de la jeune fille : zéro valeur alors que le gouvernement de la République, les organisations non gouvernementales comme la Fondation Denise Nyakeru s’évertuent jour et nuit pour l’éducation des jeunes et des filles. Loda s’en fout. Ses présumées relations avec certaines autorités qu’elle chante à qui veut l’entendre lui serviraient de bouclier au sabotage et à l’impunité.

Voilà pourquoi le Chef du Secteur Kibali invite toute sa bande à la conscience interne et à la responsabilité. Aucun activiste de la Société Civile ne détient un mandat légal populaire pour représenter et défendre les intérêts du souverain primaire, s’est-il indigné.

Et là, le patron du Secteur relève: « Une Synergie de la Société Civile n’est pas une institution administrative publique légale pouvant prendre une décision contre l’avis de l’autorité etablie et de la population », a-t-il tapé du poing sur la table.

S’inscrivant en faux contre les trois jours de ville morte décrétée illégalement par une bande d’illuminés qui se plait de manipuler à sa guise et pour ses intérêts privés certaines franges de la population, l’unique Garant du Secteur Kibali invite les organisateurs de cette activité destructice et rétrograde à privilégier le dialogue dont le jour et l’heure leur seront communiqués incessamment au Bureau de l’Administrateur du Territoire de Watsa, surtout lorsqu’il faut faire allusion à l’état de siège décrété dans les deux provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri par le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, peut-on décrypter de son communiqué.
A ce propos, il sied de noter que Dieudonné Surur est un homme de paix, conciliant et réfléchi.

Bien plus, le patron du Secteur Kibali répond aux rédacteurs du tract qui a circulé samedi 22 mai dernier dont l’auteur a refusé d’ajouter son nom, en disant qu’à  »propos de 0,30% de l’entreprise citée, celle-ci (Kibali Goldmines Ndlr) doit réfléchir et répondre aux pleurs de la communauté suivant l’accord du Gouvernement congolais », a-t-il déclaré, avant de préciser que le Secteur Kibali n’est pas un milieu où l’on doit à tout moment verser le sang humain ou des tueries. Les auteurs concernés ou les complices doivent quitter le milieu ou abandonner leurs mauvaises habitudes, a-t-il lancé.

A cet effet, un acteur de la Société civile du secteur minier s’est étonné : »déclarer que Kibali retient illégalement le fonds de 0,3% du Chiffre d’Affaires est une manière d’exposer son ignorance de la loi minière et sa bassesse d’esprit malgré plusieurs séances de renforcement de capacités par des experts divers sur cette question. C’est aussi exhiber sa mauvaise volonté à calomnier et accuser les innocents pour faire le buzz tout en portant atteinte à leur réputation par des imputations dommageables et dénonciations calomnieuses condamnables par la loi, par le Code pénal congolais. Loda et sa bande oublient superbement que le Président Tshisekedi a inauguré un Etat de droit et que leurs multiples connexions politiques ne les sauveront pas d’une action judiciaire un jour », a-t-il fait savoir comme pour confirme que ces prétendus activistes de la société civile excellent en insolence, impolitesse et trafic d’influence selon plusieurs témoignages.

Pour finir son message à ses administrés, Dieudonné Surur demande à ses administrés à dénoncer tous les seigneurs de guerre et tous les fauteurs des troubles qui ont pris l’habitude de prendre en otage les populations de Durba pour leurs propres intérêts faisant pression sur l’entreprise minière, tout en promettant de garder leur anonymat. Ca ne fait pas d’elle Jeanne d’Arc ni Winnie Mandela de Durba, ça frise stupidité et incivisme.

Dans sa désapprobation de ces citoyens venus s’installer à Durba grâce aux investissements de Kibali Gold Mine, le patron du Secteur a été rejoint par le Conseil de la Jeunesse territorial de la Jeunesse de Watsa, CTJW. Des patriotes courageux et lucides qui refusent toute manipulation par une citoyenne orgueilleuse sans vision claire ni idéal.
Dans un communiqué rendu public ce dimanche 23 mai 2021, le Conseil territorial constate que la Synergie des sociétés civiles n’a pas respecté la procédure exigée légalement pour tenir pareilles activités et que les autorités politico-administratives n’ont pas été informées selon la Constitution et que le dialogue est en cours entre Kibali Goldmines et les autorités politico-administratives, surtout que les examens des élèves des écoles primaires débutent ce lundi 24 mai 2021 selon le programme national et qu’enfin, vu la situation générale que traverse le Territoire de Watsa, a décidé de s’opposer à la décision de la synergie des sociétés civiles du secteur de Kibali déclarant la ville morte.
Le Conseil de la Jeunesse privilégie le dialogue et demande à la population de vaquer librement à ses activités.
Elle va se battre pour que les magasins, boutiques, stations, entreprises de transport, églises, écoles, agences et autres activités se déroulent normalement surtout que l’avenir de demain appartient à la Jeunesse.
Contrairement aux lâches qui n’avaient pas signé leur tract pour n’afficher que la fonction du signataire: « Chargé de Communication » mais promettent la mort à tout celui qui ne partage pas leur position illuminée, ce communiqué est signé Junior-KissTebange Moto, Président du Conseil territorial de la Jeunesse de Watsa. Voilà un leader qui assume et s’affiche contrairement à Loda qui n’a pas de respect pour le dialogue et pour ses interlocuteurs pensant que ses déclarations sont des fatwa et des décisions à exécuter sans débat ni discussion à Durba qu’elle croit être sa République ou son Califat, loin de son territoire de Wamba natal, alors que le Président de la République dialogue avec tout le monde pour le bien de la population.

Ainsi, il est retenu que ces activités organisées en violation des textes légaux qui régissent les manifestations publiques en RDC ont été annulées. Seuls les fauteurs des troubles qui voudraient favoriser l’entrée des éléments des groupes armés qui fuient les provinces voisines où il a été décrété l’état d’urgence, seront tenus responsables de tous les dégâts que pourront provoquer ces manifestations, a averti un Officier des renseignements, contacté à Kinshasa sur ce dossier par notre rédaction.

Wakulonda Dromada Clémentine