RDC : Jean-Jacques Mbungani invite les Partenaires sanitaires et innovateurs scientifiques à soutenir le programme hygiène et assainissement

RDC : Jean-Jacques Mbungani invite les Partenaires sanitaires et innovateurs scientifiques à soutenir le programme hygiène et assainissement

5 mai 2021 0 Par Grandjournalcd.net

Le ministre national de la santé publique, hygiène et prévention ; Jean-Jacques MBUGANI MBANDA a tenu un point de presse dans son cabinet de travail, ce mercredi 05 mai à l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène des mains.

Le ministre national de la santé publique hygiène et prévention s’est adressé aux prestataires de santé et à la communauté à l’occasion de la journée mondiale de l’hygiène des mains pour commémorer cette journée mondiale.

« Le lavage des mains paraît comme geste annodin, mais pourtant essentiel et déterminant à même de sauver des vies » a-t-il déclaré.

Le lavage des mains est recommandé à tout le monde, beaucoup plus aux personnels de santé pour éviter la transmission des microorganismes aux patients.

D’antan considéré comme ministère à part entière, il a plu au chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi et au chef du gouvernement, le premier ministre Sama Lukonde de consacrer l’hygiène et la prévention au ministère de la santé publique hygiène et prévention. Ce ministère aura pour rôle, mettre en place une politique de prévention et d’hygiène, de formation des prestataires des soins et des membres de la communauté sur le standard minimum PCI wash que doit avoir une FOSA.

Selon l’OMS, la pratique de lavage des mains doit être prolongé dans les ménages mais, est butée au manque d’eau. Les communautés sont également également confronté à un accès illimité à l’eau , moins de 50% des foyers subsahariens disposent d’installation de base pour se laver les mains.

Il sied de signaler que dans le cadre de la riposte covid-19 de plus en plus les points de lavage des mains ont été mis en place. Le 10 mars 2020, la RDC déclarait officiellement son premier cas covid-19. A ce jour, le pays compte plus de 29.083 cas confirmés, un cas probable, dont 748 décès avec plus de 70% dans la ville province de Kinshasa.

D’après les données recueillies par la surveillance lors de l’analyse épidémiologique, 75% des contaminations sont familiales, 20% en milieu de travail et 5% dans les structures de santé soit des infections nausocomiales.
Dans une étude parallèle menée par l’OMS, 60 à 70% des infections nausocomiales passent par les mains. Par conséquent, la mesure la plus importante pour prévenir ce genre d’infections demeure l’hygiène des mains pendant les cinq moments critiques à savoir : avant un contact avec un patient, avant un geste aseptique, après une exposition à un liquide biologique, après un contact avec un patient, après un contact avec l’environnement d’un patient.

Il invite les partenaires du secteur privé, innovateurs scientifiques et communauté à soutenir le programme hygiène et assainissement initié par le président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi en investissant dans l’eau pour les établissements de santé comme pour les ménages.

L’hygiène des mains est l’une des mesures les plus efficaces pour réduire la propagation des agents pathogènes et prévenir des infections de covid-19 et la maladie à virus Ebola et lance un vibrant appel à l’ensemble du peuple Congolais d’adopter la culture systématique de lavage des mains pour éviter les maladies hydriques.

Déborah kabuya