RDC/Nord-Kivu : une marche des femmes violemment réprimée par la police et l’armée

RDC/Nord-Kivu : une marche des femmes violemment réprimée par la police et l’armée

23 avril 2021 0 Par Grandjournalcd.net

La marche des femmes de Beni au Nord-Kivu, exigeant le retour de la paix a été réprimée ce vendredi 23 avril 2021, par la police nationale congolaise (PNC) et des éléments de l’armée.

Elles étaient vêtues en sac blanc, des centaines des femmes de Beni qui exigent le retour de la paix Beni et le départ de la mission onusienne (Monusco). La marche est partie tôt le matin de la mairie pour chuter au rond-point Nyamwisi où un culte œcuménique était prévu.

La tension est montée d’un cran vers 11 heures locales, à la fin de cette activité, quand un groupe des femmes mêlé à certains jeunes, ont lancé des messages non courtois aux militaires de forces armées de la république démocratique du Congo (FARDC). L’armée a tiré quelques coups des balles pour disperser les manifestants qui commençaient à assiéger une jeep militaire.

Maître Tudy Diane Tumba, l’une des organisatrices de la manifestation a clôturé urgemment cette activité évitant tout débordement populaire. C’est comme ça qu’un autre groupe des femmes a pris la direction de Boikene, pour aller attaquer la base de la Monusco. La coalition des forces armées congolaises et de la police a tiré des tirs à balles réelles et des bombes à gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui venaient de marcher quelques mètres jusqu’à ENRA en direction de Boikene.

La progression de cette marche a été stoppée. Les forces de sécurité et de défense ont procédé à certaines arrestations dans le rang des jeunes, selon un manifestant. De 11 à 13 heures locales, la police a fait face aux manifestants et des tirs à balles réelles étaient toujours entendus sur le boulevard Nyamwisi vers ENRA.

Après avoir replié, d’autres manifestants ont érigé des barricades sur le boulevard Nyamwisi près de la mairie de Beni, tout en prévenant sur un nouvel assaut à la Monusco.

Certaines manifestantes dénoncent la répression Violente de leur manifestation. L’une d’elles qui s’est confiée à votre rédaction affirme avoir été brutalisée par les éléments de la police nationale congolaise (PNC).

Une source médicale à l’hôpital général de référence de Beni a indiqué qu’un manifestant a été blessé par balle. La victime est prise en charge sur place.

Cette marche a provoqué la paralysie des activités socio-économiques à Beni.

Pendant ce temps, les élèves de Beni poursuivent leur sit-in à la mairie de Beni. Ils ont assiégé l’hôtel de ville depuis, tôt le matin du jeudi, pour exiger la présence du président de la république Félix Tshisekedi à Beni. Ces élèves ont passé leur première journée à la mairie.

JEK